La crue de Sefrou en 1950 – La voix des communautes

Sefrou-la voixLa voix des communautes

1 Octobre 1950

Toute la communaute ce jour la, mettait la derniere main a l'installation des " Soucoth ".

La table viend d'etre dressee, soigneusement arrange. Des rideaux de toutes teintes, des feuillages, des fleurs en font en font un coin charmant, familial ou apparait toute l'ingeniosite et la coquetterie de la maitresse de la maison. 

Les enfants ont deja revetu, a la hate leurs plus beaux vetements. Ils crient leur joie.

La mere ne s'est pas encore repose : elle a chaule, elle meme les murs, lave tout, le linge, frotte tout le mobilier. Elle ne ressent d'ailleurs aucune fatigue, pensant au Bonheur de ses enfants, son epoux, peit etre ses parents autour de la table.

Mais ce jour la, il n'y eut pas de Soucoth aSefrou et d'autres prieres furent dites.

L'eau a tout detruit, tout emporte,

Que reste-t-il ?….

-Le mari qui a laisse, sous les decombres sa femme et ses cinq enfants

-La mere figee dans un coin, regardant impuissante, son unique fils emporte par une vague et dont le corps a ete retrouve 8 kms plus loin.

– Des femmes enceintes don’t la progeniture sera peut etre taree.

-Des chefs de famille, meurtris, hebetes sans gite et sans resource.

-Des meres aux joues lacerees, meconnaissables, fausant la navette entre leurs ruines et le cimetiere, cherchant, tete nue, pieds nus le cadaver du fils, de la fille ou de l'epoux.

Que reste-t-il ?….

Toute une generation d'enfants marques – pour longtemps – par la vision de l'effroyable catastrophe.

Apres l'orage la panique l'affolement …la desolation, le silence.

Hommes, femmes, viellards, enfants parques un peu partout, offrent un spectacle horrible , dechirant.

Tout le monde a cesse de vivre et observe un silence tragique. Les enfants, d'habitude unconscuents, sont atterres, le regard vide.

Ils ont deja passe une nuit, accroupis ou allonges a meme le sol, Presque nus et sans aucune couverture. Il faisait pourtant froid mais leur corps demeurait insensible.

En quittant Sefrou j'eus l'impression de sortir la nuit, tout frissonant, d'un cimetiere.
Felix Serfaty –Fes
Vice-President de la Communaute Israelite de Fes-01-10-1950

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 115 מנויים נוספים

רשימת הנושאים באתר
אפריל 2018
א ב ג ד ה ו ש
« מרץ    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930