Un mellah pauvre March 01/1950 -Par Armand Tobally Directeur de l'Ecole de l'Alliance Israelite de Taroudant

la voix des communautes 2Un mellah pauvre

 March 01/1950

Taroudant, la Vielle capitale du Souss, compte aujourd'hui a peine mille ames juives. Vivant dans des conditions materielles encore moyen ageuses, l'ensemble de cette population a peu evolue.

Le mellah, plusieurs fois seculaires aux maisons en pise couleur de terre, abrite la totalie des Israelites roudanis. Les conditions d'hygiene les plus elementaires y sont inexistantes, Le quartier, usole et sale, n'a pas de canalisations d'egouts. Les maisons sans eau courante ni electricite, sont insalubres . De partout, surtout en ete, eminent des exhalationsmephitiques, nauseabondes. Et, comme l'on pense' l'etat sanitaure de la population n'a rien d'enviable. Le trachoma meme a differentes degres, affecte la totalite de la communaute ( cent pour cent ! adeclare une voix tres autorisee ). Les sujets tuberculeux sont nombreux ( declaration d'un member du service B.C.G, qui opera il y a deux mois environ dans notre centre )/ La teigne, les maladies cutanees, les maux d'oreilles sont tres repandus. Ect….A mon sens, cette population du mellah, ne doit son salit qu'aux incalculables bienfaits du soleil, et en general au clumat de la region qui, sauf en ete, reste un des meilleurs du Maroc.

La communaute juive roudanie compte peu d'elements auses ( cinq ou six familles ). Ils sont en general marchands de tissus. Quelques-uns pratiquent le commerce de l'huile. Leur situation reste satisfaite en depit de la concurrence de leurs voisins musulmans.

Vient ensuite La classe des artisans la plus nombreuse. la plue humble. C'est aussi la classe qui peine, qui lutte, qui souffre. Elle comprend les selliers, les ferblantiers, les savetiers, les soukiers, les marchands d'epices, de legumes, d'oeufs, ect…Ces modestes artisans. ou commercants,  ne travaillant pour ainsi dire, que deux jours par semaine, les jours de souk ( dimanche et jeudi ) pendant lesquels de tres nombreux arabes soussis, arruvant de tous les coins de la plaine ou meme du proche pre-Atlas, viennent  faire leurs completies a Taroudant. ( C'est le plus important souk de tout le Souss ). Ces pauvres travailleurs, saisissant l'occasion a deux mains, peinent sans treve du matin au soir.

Ils oublieront peut etre d'aller manger, qu'importe ? Ce n'est pas souk tous les jours ? Mais, devant le client qui marchande, qui menace d'aller ailleurs, les gains restent , malgre tout, peu subsentiels.Que faire ? Eh bien, l'on se passera de viande, de dessert et l'on cuisinera sans huile.

Nous pouvons noter, parallelement a cette classe laborieuse, le groupe des employes de commerce, de banque, ect….Ces jeunes gens, degrossis ci instruits dans notre Ecole de l'Alliance ont, malgre leur niveau d'instruction ( le certifient d'etudes primaires ), de tres modestes retributions, des traitements de misere, comme on dit. Cela est d'autant plus touchant quand on sait que tous ont une famille a leur charge. Ici encore, je me vois force d'ouvrir une parenthese . Il faut que je vous duse, eb effet, qu'il n'existe pas de debouches convenables dans notre petite ville, qui reste un centre essentiellement indigene et ou, pour vivre et travailler, l'on n'a pas besoin d'avoir un certificat d'etudes. Le jeune homme qui quitte notre Ecole muni de son diplome, et qui, pour des raisons de famille ou autres, ne peut abandoner la ville, se voit constraint de couper son elan et d'accepter n'importe quell emploi, a n'importe que prix. Plus heureux, beaucoup plus heureux sont ceux qui, dans les mems conditions d'instruction, emigrent a Agadir, Casablanca, Marrakech ect….Ceux-la reussissent en general, a bien se placer en mettant a profit leurs connaissances scolaires qu'ils etendent, qu'ils developpent naturellement. Mais, en depit de la modestie de leur situation materielle, en depit de l'Aprete de leur sort, nos anciens eleves de l'Alliance retenus a Taroudant, n'en continuent pas moic de mener une vie digne dans sa simplicite.

Signalons encore l'important groupe des couturieres israelites qui taillent et cousent des habits simples pour les indigenes. Ces humbles ouvrieres audent leurs maris quand ells ne supportent pas entierement la charge de la famille.

Notons enfin pour finir, la classe des misereux. Elle est malheuresement tres nombreuse ! Elle comprend les aveugles, les vieillards, les infirmes, ect…..( pres de 40% en comptant leurs enfants ). Cette classe d'incapables souffrent serieusement.

L'aide que leur apporte le Comite de la Communaute est loin d'etre suffiante. Elle varie de 15 a 50 pae semaine ( la famille aidee compte quelquefois 7 ou 8 personnes ) Mais cette aude est en rapport avec les resssources budgetaires communales et le nombre de personne a secourir !. Le Comite de la communaute israelite de Taroudant, en depit de son desir de faure nieux, reste impuissant. Il a besoin d'etre aide dans sa lourde tache, d'incorporer dans ses rangs quelques jeunes bonnes volontes, je veux dire quelques anciens eleves de l'Alliance.

 Et, si l'on veut que les pauvres roudanis souffrent moins de la faim et du froid. Il faut , pour ce faire, accorder aux dirigeants de cette communaute le soutien materiel don’t ils ont tant besoin. Cela est du devoirr dea autres Comites de Communautes.

Il doit en effet exister une solidarite entre toutes les communautes Israelites du Maroc, non pas seulement sur le plan religieux ou moral en general, mais aussi sur le plan materiel. Que celles qui ont des caisses plus garniers- et il y en a – vuennent au secours des autres moins fortunes. Que fait-on des soldes de caisses ? Je sais, l'on achetera volontuers ine maison, un magasin, qui seront " biens de la Communaute " pour que l'on dire ; " tel Comite a fait du bon travail " . Je le dirai aussi, si. A cote de cela il n'y avait pas d'autres communautes – le cas de Taroudant n'est pas l'unique – don’t certains elements vivent dans la misere totale faute d'aide locale suffisante. Cette solidarite unter-communale est, a mon sens, indispensable. N'est ce pas la un probleme interessant a etudier en Conseil de Comites ?
Je pose une question.

Par Armand Tobally

Directeur de l'Ecole de l'Alliance Israelite de Taroudant

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 115 מנויים נוספים

רשימת הנושאים באתר
אפריל 2018
א ב ג ד ה ו ש
« מרץ    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930