ArabicEnglishFrenchHebrewPortugueseSpanish

Une histoire de familles-J.Toledano

עמוד 5 מתוך 11« להתחלה...34567...10...לסוף »

Une histoire de familles

 

Abensour

Nom patronymique probablement d'origine hebraique, forme de l'indice de filiation arabe Aben et du subsantif hebraique " tsour ( prononce avec l'accent marocain, sour ) qui signifie textuellement le " rocher ", et par extension " le fils de Dieu ", Eternel etant decrit dans la tradition comme " le rocher d'Israel et son gardien.

C'etait deja dansla Bibleun prenom masculine porte dans la tribu de Benjamin (  Chroniques, 8, 30 ). En restant toujours dans la racine hebraique, toponyme de la ville phenicienne fortifiee et autrefois repute impregnable de Tyr ( Tsur dansla Bible), dans le Liban actuel, devolue a la tribu de Zeboulon dans le partage par Josue dela TerrePromise.

Selon la tradition familiale transmise de generation en generation au Maroc, ses ancetres descendent effectivement de la tribu de Benjamin. Selon une autre version, l'origine du nom serait non hebraique mais arabe, le mot " sour " etant pris dans son sens litteral en arabe dialectal maghrebien : le mur, le fils du mur d'enceinte du quartier juif, Mellah, Juderia ou Hara.

Le nom est btres anciennement atteste en Espagne, dans la ville deLeonqui fut un tres grand centre de Kabbale aux XIV-XVeme siecles. L'arbre genealogique de la famille Abensour au Maroc remonte jusqu'en Espagne, au XIVeme siècle.

Apres l'expulsion de 1492, la famille a trouve refuge essentiellement au Maroc, mais egalement en  Italie, et plus tardivement aussi en Hollande et en Allemagne, a Hambourg. Autres orthographes : Abensor, Bensur, Abensour. Au XXeme siecle, nom peu repandu, porte au Maroc – Fes, Tanger, Tetouan, Meknes,   Sale, Rabat, Casablanca, par emigration a Gibraltar et en Algerie – oran, Alger.

Mais c'est au Maroc qu'il s'est universellement illustre dans la rabbanout – aMeknes,Fes, dans le commerce et la diplomatie – a Tanger.

          Autre source

 

ABENSOUR ou ABENTSOUR : nom associant le mot arabe ben (fils) et un nom d’origine berbere tsur signifiant rocher : donc fils du rocher. 

Une histoire de familles

 

Rabbi Moche Abensour

Surnomme " Moche Haןvri " " Moise l'Hebreu ", parce que comme le Patriache Abraham le premier Hebreu, il eut un enfant vers l'age de cent ans, auquel il donna le prenom d'Itshak. C'est l'ancetre de la famille au Maroc.

Ne en Castille en 1450. Au moment de l'Expulsion, n'ayant pas reussi a quitter a temps l'Espagne, il s'etait converti de facade au christianisme poue echapper a la mort. Mais en 1496, il reussit a fuir l'Espagne pour revenir ouvertement au judaisme a Fes et participer a la redaction des premieres Takanot ( ordonnances religieuses ) des expulses de Castille

Rabbi Itshak Abensour

Fils de Moche, un des rabbins les plus marquant de la seconde generation des Expulses a Fes, Il participa a la redaction de nombreuses Takanot dont celle reglementant l'octroi de dons ala TerreSainte.Dayan au tribunal Rabbinique, il fut assassine en 1605 par l'un de ses justiciables, mecontent de son arret alors qu'il etudiait le passage du Pentateuque justement consacre au sacrifice d'Isaac.

Le livre d'etudes du rabbin, tache de son sang, est reste comme relique dans la famille jusqu'a nos jours. Ses deux freres, Abraham et Shemouel, furent egalement parmi les codificateurs des takanot des Expulses de Castille edictees a Fes mais adoptees peu a peu dans presque tout le Maroc.

Une histoire de familles

 

Yossef – 1634 – 1676 Abensour.

 

Heros de l'un des episodes les plus estranges de l'histoire des juifs auMaghreb. Alors que l'immense trouble jete dans les esprits par la catastrophe que fut la conversion a l'islam a Constantinopole du faux Messie Shabtai Zvi, l'annee meme prevue por la deliverance, 1666. commencait a se dissiper dans l'ensemble du monde juif, la tension messianiquereprit de pkus belle au Maroc avec l'apparition aMeknesen 1674, d'un nouveau prophete annoncant le retour du vrai Messie, Shabtai Zvi.

Le jeune home de 30 ans, Yossef Abensour reste estrangement celibataire, aux connaissances religieuses rudimentaires, pretendit avoir ete visite par un ange, le Maguyid, qui l'avait baptize et lui avait designe shabtai Zvi comme le vrai Messie, notre Seigneur, notre Roi et lui avait annonce que lui meme etait desormais le Messie fils de Yossef, qui selon la tradition doit announcer la venue du vrai Messie, fils de David.

Il raconta dans l'un de ses sermons, que le Patriache Abraham lui avait revele en reve que la date de la delivrance avait ete effectivement fixee a l'an 1666. maus qu'elle avait ete retardee de dix ans a la requite de Shabtai Zvi lui memepoue eviter au people juif les tourments qui doivent obligatoirement precederla Redemption.

Le Messie avait accepte de se sacrifier en se convertissant de façade a l'islam " afin que l'on se moque de lui et qu'il endure seul les tourments de la delivrance ". Il expliqua qu'en s'enfermant dans l'enveloppe de l'apostasie, de l'impurete, le Messie avait voulu attirer vers lui les rayons de lumiere prisonniers de leurs enveloppes d'impurete, accelerant ainsi le processus de reconstitution de toute la lumiere divןne qui, selonla Kabbaleconstitue la " correction ", le " tikoun " de l'Univers' prealable a l'arrivee du Messie.

Traumatisee comme toutes les communautes par le lamentable achec de la premiere aventure shabtaiste, la communaute de Meknes, exigea cette fois des preuves irrefutables et Yossef Abensour les lui fourmit. Tout d'abord son prenom predestine nelui permettait-il pas de remplir le role du Messie fils de Yossef annonciateur du Messie fils de David ?

Ensuite un argument politique : " J'irai dans les rues de la ville et je crierai partout que Shabtai Zvi est le vrai Messie et on ne me fera rien et on ne vous fera rien non plus " Pari hautement risque, les autorites ayant brutalement refrene l'enthousiasme debordant des disciples du faux messie lors de la premiere crise. 

Une histoire de familles

Mais cette fois tout se passa sans aucun accident. Troisieme argument qui emporta la conviction, revelateur du respect immense reserve aux letters : de simple croyant, Yossef etait devenu la plus grande autorite de Halakha, commentant aves science les texts sacres.

De tout le Maroc et meme d'Algerie, on venait consulter ce prodige. Je n'ai pu me retenir, j'ai pris le livre du Zohar et d'autres livres pour me rendre aupres de lui a Meknes. Je lui ai dit : " Je suis venu a toi pour connaitre le sens cahe et le mystere des passages obscures du Zohar sacre ".

Et il m'a repondu : " Je m'etonne de ta question, chacun sait que je ne suis qu'un inculte et que je ne fais que repeter ce que le Maguid met dans ma bouche " . Toute la nuit nous restames eveilles en compagnie de deux rabbins d'El-Ksar et il nous a entretenus des secrets de la fin des temps dans une langue Claire et chatiee…..

Il nous a dit des choses qu'il est impossible d'ecrire, demontrant que la date dela Delivranceest, avec l'aide de Dieu, pour Pessah de l'an prochain, 1675. Ce temoinage envoye par rabbi Abraham Ben Amram au grand rabbin d'Alger, Binyamin Douran, ajoute que l'ensemble de la cimmunaute vivait des mois d'extase dans l'attente confidante de l'arrivee imminente  du Messie.

Ils ont fait techouba, repentance, avec plus de ferveur encore que lors de la premiere apparition de notre Seigneur. Toute l'annee, ils ne se sont pas livres ni au commerce bi a l'artisanat, dans l'attente du Jour et des orders de leur prophete.

Pesssha arriva, mais de Messie point. La deception fut immense et quelques mois plus tard, Yossef devait mourir, et la tradition rapporte qu'une voix, Bat kol, s'etait faite entendre du ciel interdissant de dire le moindre mal du prophete qui n'avait pas menti car la date dela Delivranceavait ete simpkement de nouveau repoussee.

 

Mais cette fois c'etait definitivement la fin de la crise messianique. Les rabbins qui y avaient adhere en majorite allaient s'efforcer desormais avec success d'effacer de la memoire collective jusqu'au souvenir du nom de Shabtai Zvi et de son prophete yossef Abensour.

Une histoire de familles

Rabbi Shalom Abensour.

Fils de rabbi Moshe, considere comme le plus grand grammairien de sa generation a fes ou il mourut vers 1717. Son traite de grammaire " Shir Hadach " – Chant nouveau fut publie pour la premuere fois avec le chef d'oeuvre de son parent, rabbi Yaacob Abensour " Et Lekol Hefets " – Alexandrie 1893, Un de ses fils Yehouda, fut condammne a mort et brule a chaux de Meknes sous le regne du cruel empereur Moulay Ismael en 1712 en meme temps que itshak Benamara et son fils Aharon egalement de fes.

Rabbi Moche Abensour

Fils de Itshak. Rabbin a sale, propietaire d'une synagogue qui portair son nom. Mort en 1727. Il vecut longtemps a Meknes et Fes d'ou sa famille etait originaire/ Aoteur de poemes liturgiques non encore publies et d'un commentaire surla Kabbale, resume du livre classique du grand kabbaliste rabbi Hayim Vital, " Otsrot Hayim ", publie seulement en1910 aJerusalem sous le titre : " Mearat sde Hamakhpela ".

Son traite vers des regles de calcul du calendrier hebraique perpetual " Tsiltsele Shema " a ete joint au livre de son parent, le célèbre Yabetz, " Et Lekol Hefets ", lors de sa premiere publication a alexandrie en 1893.

Une histoire de familles

Rabbi Reuben Abensour

1638 – 1713. Rabbin ne aMeknesd'une famille originaire deFes, descendant a la sixieme generation du patriache de la famille, rabbi Moche. Disciple du plus grand enseignant de l'epoque rabbiMordekhay Assaban,ilcomposa deux livres qui n'ont jamais ete publies : " Sefer derouchim " ( sermons ) et " Mayim Hayim ". En1673, l'annee meme de la naissance du pkus illustre de ses fils, Yaacob, il quitta precipitament sa ville natale avec son frere Itshak a la suite d'une obscure querelle avec les rabbins locaux et s'installa a Fes.

D'une profonde piete et d'une grande rigueur. Il refusait par exemple de consommer du riz a Pessah contrairement au reste de la communaute.

Rabbi Yaacob Abensour

1673 – 1753. Fils de Reuben. Plus connu sous ses initiales de YABETZ, il fut sans conteste la plus grande autorite en matiere dela Halkhadans tout le Maghreb au XVIIIeme siecle, dominant le siecle de sa stature de juriste, decisionnaire, commentateur, poete, predicateur, authentique continuateur de la grande tradition espagnole, parlant et ecrivant parfaitement l'hebreu,l'arameen, l'arabe et l'espgnole.  

Rabbi Shelomo Shemouel

Fils de Obed, petit fils de rabbi Yaacob, ne aMeknesen 1792, il fut rabbin aFes. Son fils, Raphael, mort en 1826,  fut le grand rabbin de la ville, auteur de nombreux ouvrages non edites, dont un traite su la femme " Simhat olam " – La joie etrnelle, qui conclut " qu"un homme sans femme ne connait pas la joie, et la femme – c'estla Torah!

Itshak Abensour

Riche commercant deSale, etabli dans la ville voisine et rivale'Rabaten 1740. Dix ans apres, le tresorier de la communaute de sa nouvelle ville, Itshak Calderon, lui reclama sa quote part de l'impot par la communaute alors qu'il s'etait deja acquitte de sa dette aupres de sa communaute d'origine.

Comdanne par le tribunal rabbiniquede Rabat,ilinterjeta appel devant le tribunal de sale qui lui donna rsison.

Une histoire de familles

Samuel Abensour 

Fila d'Isaac ne a Tetouan d'une branche de la famille immigree deFes. Il quitta sa ville natale pour s'installer aGibraltarou il fonda une nouvelle et prospere branche de la famille. Mort en 1780. 

Isaac Abensour 

Notable, negociant banquier ne a Tetouan, dans une famille originaire de Fes, il passa a Tanger, devenue la capitale diplomatique, ou, outre son prospere negoce, il ouvrit le chapitre diplomatique dans l'histoire de la famille. 

Interprete du consulat general anglais a Tanger, il fut le premier juif promu en 1818, vice consul de Sa Majeste britannique a Tanger. Il joua un role actif dans la lutte contre l'epidemie qui ravagea la ville la meme annee. 

En recompense des services rendus a la couronne, il obtint la protection anglaise et depuis lors, tous ses descendants furent au service du Royaume Uni. Il fut de1820 a1850 president de la communaute juive de Tange  

Aharon Abensour 

Fils d'Isaac, il succeda a son pere comme interprete ala Legationd'Angleterre a Tanger. En reconnaissance des services rendus par sa famille, il fut en effet en 1893 citoyen anglais par un acte special dela Chambredes Communes.

Une histoire de familles

Rabbi Raphael Abensour 1830 – 1917 

Fils de Rabbi Shelomo, rabbin deFes. Bibliophile averti, il enrichit la bibliotheque familiale, en en faisant une des plus riches du Maroc avec des milliers de livres et des centaines de manuscrits dans lesquels puissa largement rabbi Yossef Benaum poue ecrire son dictionnaire biographique des rabbins marocains, " Malke Rabanan ". 

Il fonda avec rabbi Raphael Bensimon l'association " Debebe shifte yechenim " pour la publication des chefs d'oeuvres des rabbins marocains du passe. Son fils, Shelomo riche negociant a Fes, fit un don pour l'impression du receuil des poemes se son illustre ancetre rabbi Yaacob " Ey lekol Hefetz ", pour commemorer le miracle de son sauvetage de la terrible unondation qui endeuilla la communaute de Sefrou ou il s'etait rendu en 1889 por accompagner l'emissaire de Jerusalem, rabbi Raphael Bensimon   

Isaac II Abensour 

1861 – 1937 : Fils de Aharon, un des grands notables de Tanger a la fin du siècle dernier. Negociant, banquier, il fut en 1884 parmi les fondateurs dela Commissiond'Hygiene qui devait devenir le Conseil Municipal de la capitale diplomatique. 

Presudent dela Juntade la communaute juive pendant trente ans, il fut parallelement drogman d'honneur dela Legationd'Autriche-Hongrie. Ayant herite de son pere la nationalite anglaise' il representa la communaute anglaise de Tanger aux premieres negociations pour l'octroi d'un statut international por la ville qui s'ouvrirent en 1913. 

Il fut elu delegue dela GrandeBretagnea la premiere Assemblee Legislative en 1923 conformement a l'accord de Paris octroyant un statut international a Tanger. Il en fut le premier president. 

Rabbi Raphael Abensour 

Rabbin juge a Meknes a la fin du XIXeme siecle. Il fut le premier President du Tribunal rabbinique de Meknes apres la reforme des tribunaux rabbiniques instauree par le marechal Lyautey en 1918.

Une histoire de familles

Aaron Abensour

Fila de Isaac II, il succeda a son pere a la tete de la banquet et comme delegue de l'Angleterre a l'Assemblee Legislative de la ville internationale. Il fut directeue de la plus ancienne banquet juive du Maroc,la BanquePariente, fondee a al fin du siecle dernier.

Ave l'nnulation en 1960 dela Chartede Tanger qui, après l'independence avait conserve un statut particulier en matiere economique a l'ancienne ville internationale, il fut constraint de transferer le siege de la banquet a Geneve ou il mourut en 1964.

Son filsStanleyet ses frères Joseph et Aaron continuent a diriger la banquet devenue Suisse. Son epouse, Esther Hassan de Abensour fut active dans la vie de la communaute et fit don avec ses frères de la maternite Salvador Hassan

Moses Abensour

1896 – 1949 : Fils d'ISAAC ii. Il fut un des gestionnaires de la banquet Pariente et member du comite de la communaute de Tanger,la Junta

Dr Philipe Abensour

 Medecin aParis, ne a Tanger. Secretaire dela Societedela Genealogiejuive deFrancequi a organize en juillet1997 aParisun congres international de genealogie juive. Passionne de genealogie, il a etabli l'arbre genealogique complet de la famille Toledano dont sa mere est issue.

Une histoire de familles

Autre source

 

ABENSOUR Chalom (?-1727?). Originaire du Maroc. Rabbin, poete et grammairien, il est l’auteur de Sefer Chir hadach (Livre du nouveau cantique) qui comprend les regles du calendrier juif redige en vers, des chants et des elegies.

ABENSOUR Chelomo Eliahou (1822-1873). Originaire du Maroc (Fes). Rabbin, il est l’auteur de Pene Chelomo (Le visage de Salomon), une compilation de textes juridiques anciens.

ABENSOUR Chemouel (XVes.). Originaire d’Espagne. Rabbin et dirigeant communautaire, il fut chef spirituel de la communaute de Valladolid. est une ville du nord de l'Espagne, capitale de la province de Valladolid et de la communauto autonome de Castille-et-Leon. Elle est situee à la confluence du Pisuerga et de l'Esgueva. Elle a une population de 334 820 habitants (1995), les Vallisoletans (espagnol : vallisoletanos).

ABENSOUR Itshak (?-1605?). Originaire du Maroc. Rabbin a Fes, il fut l’un des codificateurs de Takkanot hamegorachim (Ordonnances des exiles de Castille). Il mourut assassine, suite a l’une de ses decisions juridiques.

ABENSOUR Moche (XVes.). Originaire d’Espagne. Rabbin, il se convertit au christia-nisme pour echapper a l’Inquisition puis s’enfuit au Maroc et s’installa a Fes ou il revint au judaisme.

ABENSOUR Moche (XVIIes.). Originaire du Maroc. Rabbin et poete de Sale, il est l’auteur d’un commentaire surla Cabale.

ABENSOUR Moche (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Rabbin a Meknes puis a Fes, il est l’auteur d’un resume en vers d’une oeuvre de Rabbi Haim Vital ainsi que de nombreuses autres oeuvres encore manuscrites.

ABENSOUR Raphael (1830-1917). Originaire du Maroc. Rabbin, notaire, president du Tribunal rabbinique a Fes et bibliophile, il est l’auteur d’un recueil de décisions juridiques et de commentaires.

ABENSOUR Reouven (1673-?). Originaire du Maroc. Rabbin et cabaliste, il est l’auteur de deux ouvrages sur les bains rituels.

ABENSOUR Yah’acov (YABETS) (1673-1753). Originaire du Maroc. Fils de Reouven Abensour. Rabbin, cabaliste, grammairien, astronome et poete, il s’installa successivement a Fes, Meknes et Tetouan avant de revenir a Fes ou il reconstitua un Tribunal rabbinique. Il est l’auteur de H’et lekhol hefets (Un temps pour toute chose), un recueil de chants et de poesies liturgiques, de recueils d’epitres, de commentaires, de sermons de meme que de nombreux responsa edites sous le titre de Michpat outsdakah beyah’acov (Loi et charite dans Jacob). Une de ses elegies sur la destruction du Temple fait partie du rite marocain du neuf Av, date anniversaire de la destruction des deux Temples de Jerusalem.

Une histoire de familles

Abergel 

Nom patonymique d'origine arabe, indicative d'une particularite physique, l'unijambiste, textuellemnt " le pere du pied ", porte dans les trois pays du Maghreb aussi bien par les Juifs que les Musulmans ( voir la tribu des Beni Berzal des Zenata au Maroc ) . 

Autre orthographe : Bordjel ( Constantine ). Il ne fait pas de doute que le patronyme Borgel qui s'est particulierement illustre en Tunisie a la meme origine, mais nous l'etudierons a part. Au XXeme siecle, nom moyennement repandu, porte au Maroc ( Mazagan, Mogador, Tetouan, Tanger, El-Ksar, Larache, Fes, Marrakech, Casablanca, Settat, Agadir, Ouarzazat ),  a Gibraltar, en Algerie ( Oranais, constantinois ) et en Tunisie ( Tunis ) 

          Autre source 

 ABERGEL ou BORGEL ou BOURGEL : ce nom vient de l’arabe rjal qui signifie pied, precede de ab (pour ‘abba=pere) ou bu (pour abu =pere ou homme) et signifiant celui qui a un seul pied ou l’homme au grand pied. 

Rabbi Itshak Abergel 

Rabbin a Fes, seconde moitie du XVIIeme siecle. La synagogue qui portait son nom fut detruite au cours d'une attaque contre le Mellah snas laicer de traces  

Rabbi shimon Abergel 

Rabbin a Meknes au debut du XIXeme siecle, celebre en son temps pour sa grande erudition talmudique. 

Samuel Abergel 

Celebre negociant a Tanger, ne a Tetouan et qui s'installa ensuite a Gibraltar ou il mourut en 1864 

Yomtov Abergel 

Fils de Samuel. Grand commercant ne a Tanger en 1812, fondateur de la celebre maison de commerce international portant son nom a Gibraltar ou il mourut en 1894. 

Il fut pendant plus de trente ans presiadent de la communaute juive de la colonie. Au moment de la terrible epidemie de cholera qui devasta Tanger et Tetouan en 1865, il crea un efficace fonds de secours,la Commissionsanitaire, qui sauva des milliers de vies. 

Sa reputation etait telle jusqu'au millieu des annees 1860, le fondateur du Comite dela CommunauteMaghrebinede Jerusalen, rabbi David Ben Shim'on sollicita son intervention aupres de son irrascible parent, le President du Consistoire d'Oran, Simon Kanaoui, en faveur des emissaires qui avaient ete interdits de sejour dans cette ville sous la pression du Comite dela CommunauteSepharadede Jerusalem qui n'avait pas admis que la communaute maghrebine se separait d'elle et organise de maniere independante des collectes de fonds aupres des genereuses communautes du Maghreb. 

Un de ses fils, Abraham s'installa a Marseille pour seconder la succursale de l'affaire familiale durugee par son oncle, Moses 

Rabbi yair Abergel 

Rabbin a El-Ksar au nord du Maroc, seconde mpitie du |XIXeme siecle. Fondateur d'une sunagogue qui portait son nom. 

Rabbi Shemouel Abergel 

Rabbin enseignant a Meknes, seconde moitie du XIXeme siecle. Parmi ses disciples, rabbi Yaacob Toledano, l'auteur de " Kehilat Yaacob ". 

Rabbi Abraham Abergel  

Fils de rabbi Yair. Il fut rabbin de la communaute des originaires du Maroc a rosario, en Argentine, au debut du siecle ( XXeme )

Une histoire de familles

Meny Abergel

Medecin descendant d'une famille d'El-Ksar immigree en Argentine a la fin du siecle dernier directeur du laboratoire de recherches sur la lepre a Rosario dans les annees 1960

David Abergel

President de la communaute de Mazagan au debut des annees cinquantes

Judah Abergel

Economiste ne a Oran. Conseiller du Centre francais du commerce exterieur. Sioniste fervent, il se rendit en Palestine douze fois entre les deux guerres/ Mort en 1946

Joseph Abergel

Professur d'agriculture ne a Marrackech. Il fut le premier directeu dela Sectiond'Horticulture de l'Ecole de lAlliance a Meknes a la fin des annees quarante. Parfaitement integre dans la communaute de Meknes, il fut un des fondateurs de l'OCVIM, l'œuvre de Colonies de Vacances Israelite de Meknes.

Monte en Israel en 1949, il se joignit au kiboutz Afikim pres du Lac de Tiberiade ou il devait mourir en 1986

David Abergel

Grand commercant, descendant d'une famille de Mazagan, il s'installa a Tanger ou il joua un grand role dans la vie communautaire jusqu'à sa mort en 1961. Il fut Consul Honoraire de Cuba a Tanger

Jacques Abergel

Fils de Robert. Economiste et durecteur des societes, ne a Mazagan, au Maroc en 1935. Apres des etudes de Droit a paris, il revint au Maroc ou il fit carriere dans la haute administration comme charge d'etudes au cabinet du ministre des Finances.

Installe en France en 1962, il entre a Europe I comme directeur general dela Regieno 1 pour acceder ensuite a la direction de la prestigieuse station de radio en 1981. Il presude depuis 1989la Finaciereno 1.

Fobdateur de la preniere radio specialisee dans les informations economiques en France. En 1992. il a rachete et pris la directiob de l'hebdomadaire " Tribune Juive , fonde a Strasbourg apres la guerre par le rabbin Jacques Grunwald.

Rabbo Eliahou Abergel

Fils de Rabbi Yossef. Rabbin ne a Marrakech en 1949. Monte en Israel avec sa famille en 1961. President du Tribunal Rabbinique de Beer-Cheva et srabbin de la sunagogue Zeker Leabraham fondee par le Comite de la communaute Maghrebine de Jerusalem.

Chef de la Yeshiva " Tsouf Devash " qui perpetue le souvenir du fondateur de la communaute Maghrebine de Jerusalem . rabbi David Benshim'on. Auteue de nombreux ouvrages de jurisprudence rabbinique, dont " Dibrat Eliahou 

עמוד 5 מתוך 11« להתחלה...34567...10...לסוף »

רשימת הנושאים באתר

אפריל 2014
א ב ג ד ה ו ש
« מרץ    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 40 מנויים נוספים