Laredo Abraham-les noms des juifs du Maroc- Brahnes, Baranes- البرجلوني

(Albatarni) Elbaterne-البطرني

El Betrani, El Bâterni,.

Alpaterni, Elpaterni

Ethnique de بطرنة  nom arabe de la ville de Paterna dans la pro­vince de Séville.

Cette ville, ainsi que les villages d’Aznalfarache et Aznalcâzar, qui» portaient le nom d’"aldeas de los judios» (villages des juifs), furent don­nés en cadeau par l’Infant Don Alfonso, devenu plus tard roi de Cas­tille sous le nom d’Alfonso X el Sabio, aux Juifs qui avaient pris une part active à la guerre contre les Arabes en 1284

Ce nom est souvent orthographié: ,פאטרני-פאטראני

Levi Ben Sliman Baterni, un des rabbins de Fès ayant signé la Haskamah au sujet de la Nefiha le 18 Sivan 5291 (1531)

בן אלבטרני-Ben Albatrani

Même nom que l’antérieur, précédé de liindice de filiation : «Fils de l’originaire de Paterna»

 

Albalenci: אלבלאנסי

Elbalenci, Alvalensi, Elvalenci

Ethnique de بلنسيه, nom arabe de la ville de Valence, capitale de l’ancien royaume de Valence, en Espagne, qui, pendant la domination arabe, comptait une riche et importante Communauté juive

Lors de la conquête de la ville en 1283, Don Jaime I, roi d’Aragon, accueillit la délégation juive et offrit à ses membres de nombreuses mai­sons et propriétés ayant appartenu aux Arabes

Ce nom figure souvent sous les graphies de אלבאלנסי et de אלואלנסי et a donné naissance aux noms de Balenci (No. 286) et Levi-Balenci (No. 654)

Abraham Alvalenci, savant rabbin à Tolède aux XlVe-XVe s

Samuel Alvalenci, fils d’Abraham (1), rabbin à Tolède, né en 1435 et mort en 1487. Elève d’Isaac Campanton, le dernier Gaon de Cas­tille, et maître de Jacob Ben Habib de Zamora. Auteur de Kelaleh Qal ׳ va-Horner, Règles de déduction «à fortiori», traitant de la méthodologie talmudique et publiées dans le Meharereh Nemerim, d’Abraham Akra (Venise, 1599)

Moïse Alvalenci, rabbin expulsé du Portugal en 1497, débarqua à Asilah et se rendit à Fès où il fut Secrétaire Greffier du Tribunal Rabbmique de cette ville. Il figure comme l’un des signataires de la 2e Ta- qqanah du Livre des Taqqanot de Castille, datée du 12 Tebet 5257 (1497)

Abraham Alvalenci, fils de Moïse (3), rabbin notaire à Fès au XVIe s., auteur de Dinim ve-hiddushim «Lois et Nouvelles»

Samuel Alvalenci (Valenciano), fils de Moïse (3), né en Espagne  à la fin du XVe s. A l’expulsion, il fut conduit à Fès où il devint le favori du Sultan Abu-Saïd le Mérinide. Vers 1536, les Chorfas s’étant élevés contre les Mérinides, Samuel, avec quelques kaïds loyaux, arma une flotte et s’embarqua pour Ceuta qui était assiégée par les rebelles. Malgré la supériorité numérique de l’ennemi, il lui infligea de lourdes pertes et l’obligea à lever le siège. Il fit preuve du même courage en 1539 en armant un certain nombre de navires à Azemmour et en se por­tant au secours de la ville de Safi, assiégée depuis six mois, réussissant à lever le siège

 

Albrahnes-  אלברהניץ

Elbrahnes, Elbranes, Albaranes, Brahnes, Baranes

Ethnique de la grande tribu berbère des Branes, une des deux souches berbères desquelles sont issues toutes les tribus de cette race, d’après Ibn Khaldun.

Les Branes, dont les différentes branches occupent une grande partie du Maroc, ont joué un rôle important dans l’histoire de l’Afrique du Nord. A l’une de ses divisions, les Aouraba, qui professaient en partie le Judaïsme, se rattachait Koceïla qui tua le chef de la première invasion arabe, Okba ben Nafi

L’ancêtre et l’éponyme de la tribu, Bernous, semble avoir légué son nom au vêtement national berbère adopté par les Arabes, qui l’appel­lent également «Selham», et dont les Espagnols ont fait «albornoz» pour désigner un genre de manteau encore en usage. Une localité dans la province de Castille porte également ce nom et a donné naissance à un patronyme

Certains descendants de cette grande famille berbère, portant encore le nom original, se trouvent établis un peu partout en Algérie et au  Maroc (Tribu des Branès au nord de Taza ; Al-Branes, village dans le Fahç aux environs de Tanger, etc.). Ce nom figure souvent sous les graphies de אלבאהניץ  et אלבארהניץ   

Moïse Albranes, rabbin expulsé d’Espagne en 1492, établi à Fès״ Il fut l’un des quatre législateurs de la Communauté espagnole immi­grée au Maroc, signataire des premières Taqqanot des Expulsés de Cas­tille au Maroc, dont la première est rédigée en judéo-espagnol et porte- la date du 12 Sivan 5254 (1494) Sepher Ha-Taqqanot

(Albargiloni) Elbargelone-البرجلونيאלברג'לוני

Elbarjiloni, Elbarjloni

Ethnique de  برجلونة    nom arabe de la ville de Barcelone. Voir

Barchilón (No. 357)

 

(Albarceloni) Elbarcelone – אלברצלוני

Autre ethnique arabe de Barcelone. Voir: Barchillon (No. 357)

 

Alghaz- אלגאז

Nom berbère «Chaz» dont le sens est «Creuser» ou «Etre creusé» précédé de l’article arabe «Al» : «Le creusé», «Celui qui est creusé».

Soliman Algahz, rabbin originaire de Tunis, venu quêter au  Maroc au XVIIIe s MR

(Alghali) Elgalf- אלגאלי

Elgaly, Gali

Nom arabe: «Le coûteux», «Le cher», «Le précieux», «Celui qui a de la valeur».

Laredo Abraham-les noms des juifs du Maroc Brahnes, Baranesالبرجلوني

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 182 מנויים נוספים

מאי 2022
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
רשימת הנושאים באתר