Les grandes figures dans l'histoire des juifs du Maroc..RABBI YAACOB SASPORTAS

 

RABBI YAACOB SASPORTAS

CONTRE LE FAUX MESSIE

Contrairement à l'opinion générale et à une faible présence de cet événement dans la mérnoire collective. La crise du mouvement du faux messie Shabtaï Zvi a très profondément marquée la communauté marocaine. Elle est peut-être la seule à en avoir gardé la trace jusqu'à nos joins dans sa célébration du 9 Ab. Tchbab, l'anniversaire de la destruction du Temple.

 En effet, dans les rues, l'obscurité et le deuil absolu sont respectés comme lors de la mort d'un proche. A la synagogue, tous sont en habits de deuil, jeûnent et se lamentent assis par terre. Mais les enfants reçoivent des cadeaux, des jeux de cartes qui rappellent plus la joie de Pourim que l'affliction du deuil.

 Ce serait là le dernier vestige de l'immense trouble semé parmi les croyants par de Shabtaï Zvi, qui leur demanda de ne pas attendre sa proclamation comme messie pour cesser de se morfondre le jour anniversaire de la destruction du Temple, de croire en sa reconstruction toute prochaine et de transformer ce jour de deuil en jour de fête.

C'est en dénaturant le message dela Kabbaleque Shabtaï Zvi s'était proclamé futur messie à Smyrne et à Jérusalem, alors sous souveraineté ottomane, avec son prophète Nathan de Gaza, et avait fixé 1666 comme année de la délivrance. Avec une ferveur décuplée par la distance retardant sa transmission, le message fut accueilli par les communautés portuaires avant de se répandre comme une traînée de poudre dans tout le pays.

 Les désordres et les guerres accompagnant la chute d'une dynastie et la montée d'une nouvelle facilitèrent la croyance en l'arrivée des temps messianiques. Celle-ci fut si forte que, même après la conversion à l'Islam du faux messie menacé de mort par le Sultan turc, la foi en Shabtaï Zvi continua de survivre, au grand dam de l'opposant le plus résolu à ce mouvement, rabbi Yaacob Sasportas.

Descendant d'une illustre famille d'expulsés du Portugal, rabbi Yaacob s'était installé à Salé où il avait épousé la fille du Naguid de Mekhnès, Rahel Tolédano. N'ayant pas obtenu au Maroc la reconnaissance qu'il méritait, il s'établit à Amsterdam. Il fit partie de la délégation de la communauté juive de Hollande dirigée par rabbi Ménaché Ben Israël.

 Cette délégation obtint de Cromwell la levée de l'édit d'expulsion des Juifs d'Angleterre. Rabbi Yaacob Sasportas fut le premier rabbin de la nouvelle communauté séfarade de Londres qu'il quitta en 1666, en raison d'une épidémie, pour Hambourg. Etant le premier à avoir compris le danger mortel pour le Judaïsme de la nouvelle croyance en Shabtaï Zvi, il prit la tête de la lutte contre l'imposteur et mena un combat épistolaire sans merci, relaté dans son livre Kitsour Tsisit Novel Zvi, contre cette hérésie.

 Dans ses lettres à ses deux principaux alliés au Maroc, rabbi Aaron Siboni de Salé et son beau-père Daniel Tolédano de Mekhnès, il exprima sans ménage son chagrin de voir les rabbins marocains persister dans l'erreur, même après la conversion. Peu à peu, lorsque l'adhésion de Shabtaï Zvi à l'islam apparut comme un retournement définitif et non telle une étape des tourments des temps messianiques, le nombre des croyants diminua sans toutefois complètement disparaître.

Près de dix ans plus tard se leva au Maroc, à Mekhnès, un nouveau prophète, Yossef Abensour, qui proclama le retour de Shabtaï Zvi. Il prédit l'arrivée de celui-ci pour la fête de Pessah 1675, débarrassé de son habit d'apostat, et souleva une nouvelle vague de ferveur messianique. Pessah passa sans que le messie fasse son apparition. Cette fois-ci, les rabbins réussirent à déraciner définitivement ce mouvement messianique et le souvenir même de Shabtaï Zvi disparut de la mémoire collective du Judaïsme marocain.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

ספטמבר 2012
א ב ג ד ה ו ש
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
רשימת הנושאים באתר