amsili-amzallag


Amsili – Amzallag

une-histoire-fe-famillesAMSILI

Nom patronymique d'origine berbère, ethnique de lieu, localité d'Amasala, située à l'ouest de Bab-Maroudj, près de Taza, à l'est du Maroc. Il existe également dans l'Oranais et le Constantinois des localités portant le même nom de Msila dont le sens est inconnu. Autres orthographes: Amseli, Amesseli, Anseli. Au XXème siècle, nom peu répandu, porté au Maroc (Debdou, Boujad, Sefrou, Rabat, Meknès) et en Algérie ( Oranais, Algérois).

AMZALLAG

Nom patronymique d'origine berbère, indicatif d'un métier: faiseur de azlag, colliers, par extension bijoutier, métier juif par excellence en pays berbère. Une tribu berbère de la région de Fès porte le nom de Ait Zallag, Autre explication vraissemblable: nom d'origine arabe indicatif d'une particularité physique: l'homme parfaitement chauve. Le nom est attesté en Espagne dès le XlVème siècle et au Maroc dès le XVIème siècle, figurant sur la liste Tolédano des patronymes usuels de l'époque. Dès le début du XIXème siècle, plusieurs membres de la famille s'étaient installés à Gibraltar. Cette famille de pionniers du Maroc s'est particulièrement illustrée dans la construction d'Eretz Israël, et un livre vient de lui être consacré sous le titre anglais de: "The Amzallag Family, sepharad entreprenors in Eretz Israël, 1816-1918". Autres orthographes: Amsaleg, Amsellek, Amseleg, Amzalleg, Emselleg. Au XXème siècle, nom peu répandu, porté au Maroc (Mogador, Rabat, Salé, Safi, El-Jadida, Tanger, Marrakech, Casablanca) et par émigration à Gibraltar, au Portugal et en Eretz Israël, ainsi qu'en Algérie (Alger, Oran)

  1. MOCHE: AMZALLAG

 Rabbin à Fès, mort en 1621. Son contemporain, le grand rabbin Shaul Serero, lui consacra une belle élégie chantant ses louanges. 

YEHUDAH: AMZALLAG

Un des disciples de rabbi Hayim Benattar à Salé, qui se joignit à son maître lorsqu'il décida de fonder une Yechiva à Jérusalem en 1742, "Knesset Israël".

  1. ITSHAK: AMZALLAG 

 Rabbin-juge de Salé. Il fut désigné comme un des trois membres du Tribunal rabbinique de la ville par le grand rabbin Issakhar Assaraf, avant son départ pour Jérusalem en 1880.

 MOSES AMZALLAG  (1750-1858): 

Fils de rabbi Itshak. Né à Tanger, il immigra à Gibraltar et, de là, il partit pour le Portugal où il fut un des premuers juifs autoruses a s'y unstaller  avant la levée de l'Inquisition par le Marquis de Pombal en 1821. En tant que citoyen anglais, il fut en effet autorisé à pratiquer librement son culte. Riche commerçant, il fut un des fondateurs de la première synagogue de Lisbonne depuis l'expulsion, "Sha'aré Tikva" (la Porte de l'Espoir). Il eut 20 enfants. En 1816, il monta à Jérusalem avec son parent Joseph, où il mourut à l'âge de 108 ans.

JOSEPH (1779-1845):

 Un des pionniers sionistes avec son proche parent, le millionnaire Moses Amzallag. Né à Gibral­tar, d'une famille très pauvre originaire de Rabat, il s'enrichit dans le commerce avec le Maroc, l'Espagne, l'Angleterre et les Antilles. En 1839, fortune faite, il décida âe s'installer à Jérusalem où il fut consi­déré comme le plus grand richard de la ville et un philantrope dont la générosité et l'hospitalite etaient devenues legendaires .

 HAYIM:

Grand commerçant, né à Gibraltar en 1824, il monta avec son père Joseph en Terre Sainte en 1839. Il s'installa ensuite à Jaffa. Vice-consul d'Angleterre, il mit sa fortune et ses relations au service de l'immgration juive, aidant les pionniers en achêtant des terres à Jaffa, Richon-le-Sion et Yessod Hama'ala en Galilée. Mort à Alexandrie en 1916. Son fils, Joseph, continuaa dans la même voie de la diplomatie et des affaires. Il fut le pionnier de la commercialisation des agrumes Jaffa, jusque là vendus sur pied aux commercants arabes. Mort en 1944.

ISAAC

 Natif de Tanger, il fut un des ers juifs marocains à immigrer au Bresil. Il s'installa à Bahia comme atant de la maison de commerce Azoulay et Irmao" et fonda une e fort connue dans la commmunauté du Brésil.

MOSES BEN SABAT-AMZALLAG

1892-1978 : Universitaire, né à Lisbonne famille originaire du Maroc. Après des etudes au Portugal et en France, il fut a tour professeur à l'Institut Supérieur Commerce de Lisbonne, recteur de l'Universite Technique, et à partir de 1962, presudent de l'Académie des Sciences. Auteur de nombreux livres d'histoire et d'economie (18 au total), ainsi que sur des juifs. Très religieux, il fonda la communaute juive de Lisbonne en 1916 et à la diriger pendant de nombreuses années, restaura la synagogue Tikva et encouragea le retour au judaisme des derniers Marranes. Il fut un des participants au premier Congrès des Communautés sépharades a Londres en 1935, à l'occasion du 800ème anniversaire de la naissance de Maïmonide. Abraham Elmaleh, le prési­dent de la communauté des originaires du Maghreb à Jérusalem, qui fit sa connais­sance au Congrès de la Fédération Sépharade Mondiale, lui a consacré un livre publié en 1962: "Le professeur Moses Amzallag: sa vie, son oeuvre économique, historique et scientifique".

 AHARON:

Militant sioniste à Marrakech dans les années trente. Il représenta sa ville à la Commission Exécutive de la Fédé­ration Sioniste de France, section du Maroc en 1939. Il fut dans les années soixante le président du Comité de la communauté de Marrakech. Elu en 1950 membre de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marrakech.

JACQUES AMIR:

 Fils d'Eliahou. Syndicaliste et homme politique israélien. Né à Mogador en 1933, il fit partie du groupe de haloutsim du mouvement Dror du Maroc, qui monta au kibboutz Ein Guev en 1952. Après la scission de l'Ahdout Havoda du Mapaï et du mou­vement kibboutzique, il se joignit au kibboutz Guinossar, de l'autre côté du lac de Tibériade. Après six ans au kibboutz, au cours desquels il se lia d'amitié avec les chefs du parti de l'Ahdout Havoda, dont ïgal Alon, il descendit aux entreprises de la Mer Morte, à Sodome, comme forgeron (métier qu'il avait acquis à l'école ORT de Casablanca avant sa alya) et devint rapidement chef du syndicat local, puis maire-adjoint de Dimona à partir de 1965, et premier maire de la ville élu directement par les habitants en 1978 et 1983. Il entra à la Knesset en 1974 et resta quatre législatures au Parlement jusqu'en 1988 sur la liste du Parti Travailliste. Représentant de la Knesset auprès du Parlement euro­péen à Strasbourg. De 1990 à 1993 il fut le représentant de la Histadrout en Europe (Bruxelles). Il revint en Israël au cours de l'été 1993 pour préparer sa campagne comme candidat du parti travailliste au poste de Secrétaire Général de la Histadrout, mais il y renonça, reportant son soutien sur le secrétaire-général sortant, Hai'm Haberfeld, qui fut lui-même éliminé par la lame de fond amenée par le tandem Haïm Ramon-Amir Perez. Après cet échec, il s'est retiré de la vie politique active, tout en continuant ses fonctions au sein de la Fédération Sépharade Mondiale.

 SAMY ELMAGHREBI:

 Le plus populaire des chanteurs juifs du Maroc au XXème siècle. Après avoir connu une très grande gloire au Maroc, en particulier après l'indépendance, tant auprès des Juifs que des Musulmans, il immigra à la fin des années soixante au Canada, où il devint officiant dans la grande synagogue sépharade de Montréal. Parallèlement, il continua à donner quelques concerts exceptionnels en France et en Israël. En 1990, il a immigré en Israël et il a fondé, à Achdod, un conservatoire pour transmission de la tradition musicale  marocaine. A produit un grand nombre disques et de cassettes qui ont connu une large diffusion

ABRAHAM AMZALLAG-ELAN

Musicologue et compositeur israélien, ne a Casablanca en 1939. Eduqué dans le cadre des institutions de la Alyat Hanoar. Apres des études classiques au Conservatoire de Tel-Aviv, il s'est attaché à la diffusion de la musique juive marocaine par des tournees de conférence et la fondation d'un orchestre de musique andalouse. Auteur d'un ouvrage sur la tradition musical andalouse chez les Juifs du Maroc, édil par l'Union des olim Originaires du Maroc en Israël. Il a reçu en 1997 le prix de compositeurs israéliens pour sa syrnphonie sur thème marocain, prix décerné par ls auditeurs de l'Orchestre Symphonique d'Israël. Professeur de musicologie l'Université de Beer-Chéva.

AMSALLAG ou AMZALAG ou AMZALLAG ou AMZALEG : nom d’origine berbère (azlag) désignant des  colliers ou des cordes; le préfixe am signifie fabricant. Ces noms désignent soit un  bijoutier soit un fabricant de lacets.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 159 מנויים נוספים

אוקטובר 2020
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

רשימת הנושאים באתר