AYOUN-AZAN-AZAR

AYOUN

Nom patronymique d'origine hébraïco-berbère, francisation de Hayoun, augmentatif de Hay qui signifie il est vivant, un des très nombreux patronymes votifs liés à la vie, équivalent de l'arabe Ayache et du latin Vidal, Vital. Autres formes, précédé de l'indice de filiation: Benayoun, Hayoun. Au XXème siècle, nom particulièrement répandu, porté sous cette forme en Algérie (Oran, Alger, Nedromah, Constantine, Souk-Akhras, Batana, Biskra, Sétif) et en Tunisie et au Maroc sous la forme de Hayoun. Au Maroc, il est porté le plus usuellement précédé de l'indice de filiation berbère O'hayoun, O'hayon et nous l'étudierons à part.

ROBERT (1926-1996): Ecrivain, critique et cinéaste français, né à Port Lyautey, Maroc, mort à Paris. Fervent cinéphile, épris de surréalisme, il avait fondé en 1950 la revue "L'Age du cinéma" avec Ado Kyrou qui ne publia que cinq numéros. Il se joignit ensuite en 1952 à la revue "Positif la revue rivale des "Cahiers du Cinéma", à laquelle il collabora jusqu'à sa mort. De 1972 à 1983, il fut le critique cinématographique de l'hebdomadaire parisien "Le Point". Particulièrement attiré par les comiques américains, il a publié un grand nombre d'ouvrages, dont "L'Antho­logie du non-sens" (Paris, 1959), "Le Dessin animé après Walt Disney" (Paris, 1961,; "L'Erotique du surréalisme" (Paris, 1965), "Bonjour M. Jerry Lewis" (Paris, 1972), "Les frères Marx" (Paris, 1980), "Alain Resnais, arpenteur de l'imaginaire" (Paris, 1980), "Le Regard de Buster Keaton (Paris, 1982), "Woody Allen: au-dela du langage, ( Paris, 1985). Il essaya seux reprises, sans grand succes , dans la realisation, tournant, "Paris n'exiate pas" ( 1969) et :Serieux comme le plaisir" (1975)

MAURICE:

Avocat. Un des héros de la Resistance à Alger au cours des sombres anees 1940-1942. Le groupe qu'il commandait avait été chargé, la veille du debarquement américain du 8 novembre 1942, de prendre le Palais d'Eté, résidence ru Gouverneur Général de l'Algérie et centre névralgique du commandement des autorités fidèles au gouvernement de Vichy. Sur les cent hommes mobilisés, il ne s'en présenta que trente, en majorité juifs, dont son assistant l'avocat Raymond Abécassis, Gilbert Timsit, Sauveur Elbaz, Lucien Saïag, André Gabay, René Blum, Simon Morciano, Sylvain Ayache, Paul Nedjar, Alphonse Cherqui, Joseph Struck, Armand Bénichou, Fernand Khemis, Maxime Hagay, Robert Rekassa, Sauveur Guérabli, Jo Karsenty, Albert Sciari et Elie Hazan. Malgré ces défections de dernière minute, grâce à l'effet de surprise, la mission fut couronnée d'un total succès, paralysant pendant les premières vingt- quatre heures critiques pour le succès de l'opération "Torch", toute résistance organisée au débarquement américain qui devait marquer le véritable tournant de la guerre.

RICHARD: Historien français, né à Oran, descendant d'une famille originaire de Tétouan. Docteur en histoire, licencié d'hébreu, il est maître de conférences en civilisation d'Israël (monde sépharade) à l'Institut National de Langues et Civili­sations Orientales et enseigne l'histoire des Juifs d'Afrique du Nord à l'Université Paris VII. Auteur de nombreuses études parues dans les revues spécialisées, dont "Les juifs de France, de l'émancipation à l'intégration (1789-1888), "Les Juifs d'Algérie" (1830- 1905), analyse des archives consistoriales sous la direction de Gérard Nahon, et de trois livres: "Les juifs d'Algérie: deux mille ans d'histoire" (Paris, 1982), en collabo­ration avec le journaliste Bernard Cohen, "Sépharades d'hier et d'aujourd'hui – 70 portraits", en collaboration avec Vidal Séphiha (Paris, 1992), "Typologie d'une carrière rabbinique: l'exemple de Makhir Charleroi". Ce livre monumental, en deux tomes, basé sur sa thèse de doctorat, paru à Paris en 1993, a reçu le Prix Zadok Cohen. Il retrace la carrière d'un rabbin français qui joua un grand rôle dans l'évolution de la communauté d'Oran à la fin du siècle dernier.

AZAN

Nom patronymique d'origine hébraïque, francisation de Hazan, le chantre, l'officiant (voir Hazan). Au XXème siècle, nom très peu répandu, porté en Algérie (Alger, Saint-Denis du Sig, Constantine).

AZAR

Nom patronymique d'origine hébraïco-arabe, sans doute diminutif judéo-arabe du prénom biblique Elazar qui a pour signification Dieu a aidé, porté par le fils du Grand Prêtre Aharon et qui lui succéda à sa mort. Ce prénom était encore donné jusqu'à nos jours dans les communautés juives marocaines, mais dans le judéo-arabe il était devenu synonyme, avec une pointe de dérision, d'anonyme, d'une personne indéterminée: un tel. Autre forme: Azaria Au XXème siècle, nom très peu répandu, porté en Tunisie (Tunis, Sousse, Sfax) et au Maroc (Sous, Agadir, Safi, Mogador, Rabat).

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אוקטובר 2017
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
רשימת הנושאים באתר