langues-et-folklore-des-juifs-marocains-pinhas-cohen


Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah- Les facéties du sieur Chriqui

El-hlam- d-Chriqui/le rêve de Chriqui

Hlemt wahd l-lila bas ana motet / u men hit kont ma‘rof f-Meknas ‘abbauni l-gan‘eden. Ferhet wahd-el-ferha di ma‘andha qyas ‘la ‘qibal dak-el-kabod di ‘amloli. /

Wahd-en-nhar / ana daiz f-es-soq / wana ka nra mol-liqama / huwwa wahd-er-rebbi kbir di Meknas. Zidet si khalfat / wana ka nra ‘aud wahd-er-rebbi akhor d-el blad / gales ka ibe‘ f-wahd-el- hwinta.

T‘azzebt m- dak-essi di ka nra . Khammemt m ,a rase u qolt “ Was kain si sra ‘ f-gan ‘eden / bas-el-hakhamim el kbar d-el-blad i‘iso f-had d-della ? Ana hakdak / baqe ka-nkhemmem / wana ka- nra wahd-el kerrosa / ka-izerroha setta d-el-khil m ‘azzbin / u-n-nas kellhom ka-itba ‘do hetta ka-d-oz.

Qolt skon mol had-el-kabod kello wana ka-nra f-el kerrosa sahbe Béton /di konna dima f-el-‘rasat u-l- miali / u mahia gher qebb ‘liya nqebb ‘lik Bqit dahes men dak -essi di ka-nra. Zit ana qolt-lo : “ Kifas a Béton oselt l-had -el-kabod kello ? qal-li : dak-essi-li ka tra / ‘la qibal mahia llah ibark fiha !

 Za S-Sreqi qal-lo : hetta ana m-di nmot i‘amloli had-el-kabod ? qal-lo : l-la ! men hit ana / bdit nesreb men seghri / men di ka-nqom f-es-sbah bekkri/u-mma ntin /kont ka-tsenna d-dhor / ‘ad ka tebda tesreb. ”

Iwa hadi hiya ‘las m-en-nhar di hlem dak-el-hlam / S-Sreqi bda isreb hetta huwa men di ka-iqom f-es-sbah fhal sahbo Béton.

Traduction

Une nuit, je fis un rêve étrange. J’ai rêvé que j’étais mort et comme j’étais bien considéré à Meknès, je fus naturellement dirigé vers le Paradis . En me promenant dans les rues, je cherchais des visages connus .Mais ce que je vis me laissa ébahi :le marchand de menthe n’était autre que le grand rabbin de ma ville.Quelques pas plus loin, une autre surprise m’attendait : une petite échoppe était tenue par un grand rabbin. Tout à mes pensées sur les mystères de la justice divine, je vis arriver un magnifique carrosse tiré par six superbes chevaux et tout le monde s’écartait sur son passage. Je voulus savoir qui en était l’heureux passager et ma surprise fut encore plus grande. Ce dernier n’était autre que Betton, mon compagnon de toutes les saoûleries dans les mariages et les fêtes! Je lui dmandai ce qui lui avait valu tant d’honneur. “ Je dois tout à la mahia, bénie soit-elle ! ”

Alors, moi aussi quand je serai mort j’aurai droit à de tels égards ?

Ah ! non, toi tu seras à un degré moindre, parce que moi je commençais à boire très tôt le matin, alors que toi tu attendais l’après-midi ”.

Voilà pourquoi Chriqui s’était mis à boire lui aussi dès le lever du jour comme le faisait son ami Betton.

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014 Histoire de la mahia au mellah Les facéties du sieur Chriqui-page 75

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah- El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui

 

El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui

Chriqui ma hebs iqadi m ‘a mahia. Zat ‘aud mrato qalt-lo :

 daba safi masi ntelleq / u nertah mennek.

 ‘abbato ‘aud l-trebonal u hlef qeddam l-hakhamim / bas ma ibqas isreb kter men kas wahed f-en- nhar.

 Iwa Chriqui u mrato rez‘o f-halhom -l-ddar.

Dazo siyamat / Chriqui rza ‘ l-el bliya dialo / dima sekran sbah u ‘siya.

 Zat mrato d‘ato ‘aud l-trebonal.

Za l-hakham qal-lo : ma hleft-s bas ma tkon tesreb gher kas wahed f-en-nhar ?

 Za S-Sreqi qal-lo : f-hiati a sidi /ma ‘ammri ma khalft dak-si-l li qolt lek n-noba l-okhra.

Za huwwa worra-l-hakhamim wahd-el-kas kbir d-s sla u qal-l-hom : was hada ma si kas ?

Iwa huwwa l-li ka nesreb kel nhar.

 El hakhamim ma sabo ma iqolo / Bqau ger idehko m-l-mlagha u-tetwirat-d- Chriqui

Menacé encore une fois de divorce par sa femme, Chriqui fit le serment devant le tribunal rabbinique de limiter sa consommation de mahia à un verre par jour. Pas plus, jura-t-il ! Son épouse s’en retourna alors chez elle rassurée. Mais au bout de quelque temps, son mari se remit à boire. Il était saoûl du matin au soir. Sa femme, décidée cette fois de divorcer de son ivrogne de mari, le traduisit dvant les Hakhamim. Le juge lui reprocha de n’avoir pas tenu sa promesse de ne boire qu’un seul verre par jour.

– Sur ma vie, que je tiens ma promesse à la lettre ! Regardez vous- même, je ne bois pas plus d’un kas (un verre) Et il montra aux rabbins, interloqués, un kas d-sla. N’est-ce pas un verre celui-là ? C’est celui que je bois tous les jours.

Les rabbins en restèrent coi et ne purent s’empêcher de rire de cette nouvelle facétie du sieur Chriqui.

Kas d-sla : récipient en forme de grand verre servant de luminaire dans une synagogue, et dont la capacité peut atteindre jusqu’à cinq litres

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014 Histoire de la mahia au mellah El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui-page 76

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah- El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui

 

D-din-d-Chriqui /La dette de Chriqui

Men ktert- s-sreb di mahia / Chriqui f-kherr hyato tqerrem / u ma kan ikhrez l-s-oq / gher gales foq wahd-el krersa d-el-khseb b-er- rwedat/u ka it‘awen biddo fhal ila kayehbo fhal d-drari sghar. Wakha dak s-si kant baqya-lo l-mlagha u d- dhak. Wahd- en-nhar za wahed ka idhek ‘leh u qal-lo “ Iwa rit daba lain oselta Chriqui? ” Zaubo huwwa u qal-lo : as nqollek / iqder ikon ma kunt-s- ka nehbo bezzaf men di kunt sgher u daba rani ka nkhalles d-din dyali foq had-l-krersa.

Le sieur Chriqui à force de boire se retrouva à la fin de sa vie paralysé des deux jambes . Il ne se déplaçait plus que sur une planche de bois munie de roulettes, en s’aidant de ses mains pour avancer .Mais malgré son handicap, il ne perdait jamais le sens de l’humour.Un jour, quelqu’un en plaisantant lui dit : “ tu vois où tu en es réduit Chriqui? ” Il lui répondit : “vois-tu, c’est une vieille dette que je paie aujourd’hui, parce que quand j’étais bébé probablement je n’ai pas assez rampé, alors on me fait payer maintenant tout ce que je n’ai pas rampé quand j’étais bébé ”

Le problème de la mahia ne concernait pas seulement les Juifs. Certains Musulmans de la médina, peu observants, venaient au mellah à la tombée de la nuit pour boire de la mahia chez quelque Juif du mellah qui la fabriquait en cachette Ils rentraient chez eux le soir quelque peu éméchés au grand dam de leurs épouses, comme le rapporte cette histoire suivie d’une chanson.

Il frappe à la porte . Sa femme vient lui ouvrir et demande : qui est-ce ?

Skon ?.      Skon ?

Helli l-bab ! ma ta‘ref skon ana ? Men deqqa dyali ta‘ref belli gher ana.

Iwa ‘la slamtek ! tzik s-skhana / nti ka tlali f-el qhawe/ wana bayta sahrana

Daba gher b-zoz del kisan rasqli / u ntina baqya ka tehder hetta t-teyroli. Ta‘ref as ta‘mel ila ntina bent n-nas u qelbek ‘liya mehroq zbed elqre‘a u-l-kas u kemmel m‘aya r-rsoq

Sme‘ y a dak el-meskhot ! sir t-tof m ‘a men tesker u-mma ana bezzaf ‘lik, wila kettert el-hedra daba nworrilk.

Ai…ai…ai… ‘las ka tedhini ? ma ‘endek swiyes d-er rehma ‘liya ? fa-‘wad ma tqol-li l-lah ya‘fo ‘lik men had el-bliya tefrah biya teghsel li rezliya u tghenni ‘liya.

Sof! had-l-lila ghadi nkhellik tedhel / u ghedda ila ziti m‘attel u sekran rani nekhrez ‘lik u ntewwof bik z-iran . Qolt-li nghenni ‘lik iwa ghadi nghenni ‘lik had el-ghenya di twatik.

Traduction

Qui va là ? Qui va là ?

Ouvre-moi ! Ne sais-tu pas qui je suis ? Rien qu’à ma manière de frapper à la porte tu peux deviner que c’est moi.

Paix sur toi malheureux ( ironique)! Puisse la fièvre t’abattre ! Toi tu déambules au mellah et dans les cafés tous les soirs et moi je passe mes nuits éveillée.

  • Quoi ! deux verres seulement me mettent en gaîté. Et toi tu continues à me critiquer, tu vas finir par me fâcher.

Voilà ce que tu vas faire, si vraiment tu es une fille de bonne famille et que ton cœur a encore un peu de tendresse pour moi, sors une fiole et une guitare et nous nous égayerons ensemble .

-Ecoute, espèce de goujat, lui dit-elle, va chercher avec qui te saoûler. Je suis trop bien pour toi. Et si tu continues à m’importuner par tes paroles, je te ferai payer cher tes gaudrioles.

-Aïe!… aïe!… aïe!… Pourquoi me chasses-tu? n’as-tu pas pitié de moi ? Au lieu de me dire “que Dieu te pardonne pour ce vice”, m’accueillir avec joie et me chanter quelque chanson …

Eh bien d’accord pour cette nuit, mais demain si tu t’avises à rentrer tard et saoûl ce sera ta fête et je te ferai honte devant tout le monde. Tu m’as demandé de te chanter une chanson, eh bien, je vais t’en chanter une qui te va très bien. Ecoute :

Kif na‘mel ya-l-khwan ?

 

‘Andi razel sekran

 Fdahni m‘a z-ziran

Kif na‘mel ya-l-khwan ?

 

Ka imsi idor f-el- qhawe

 U i‘ammer raso u izini

Rehto ka tsekkerni

Khayfa la yeblini

Kif na‘mel ya l-khwan ?

 

Dwit m‘ah b-en-niya

Wala hebb isma ‘ liyya

Blito hiyya hiyya

Kel-lila izini sekran…

Kif na‘mel ya l-khwan ?

 

Que dois-je faire mes frères ?

J’ai un mari ivrogne

Il m’expose à la risée des voisins

 Que dois-je faire mes frères ?

 

Il s’en va tourner dans les cafés

Il s’imbibe de vin à son gré

 Son odeur seule me fait tourner la tête

J’ai peur d’en être contaminée.

Que dois-je faire mes frères ?

 

J’ai essayé de le raisonner

 Il ne veut point m’écouter

 Son vice est tenace

 Il rentre chaque soir schlass

Que dois-je faire mes frères ?

 

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui-page 81

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 140 מנויים נוספים

מרץ 2020
א ב ג ד ה ו ש
« פבר    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

רשימת הנושאים באתר