Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah- El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui

 

D-din-d-Chriqui /La dette de Chriqui

Men ktert- s-sreb di mahia / Chriqui f-kherr hyato tqerrem / u ma kan ikhrez l-s-oq / gher gales foq wahd-el krersa d-el-khseb b-er- rwedat/u ka it‘awen biddo fhal ila kayehbo fhal d-drari sghar. Wakha dak s-si kant baqya-lo l-mlagha u d- dhak. Wahd- en-nhar za wahed ka idhek ‘leh u qal-lo “ Iwa rit daba lain oselta Chriqui? ” Zaubo huwwa u qal-lo : as nqollek / iqder ikon ma kunt-s- ka nehbo bezzaf men di kunt sgher u daba rani ka nkhalles d-din dyali foq had-l-krersa.

Le sieur Chriqui à force de boire se retrouva à la fin de sa vie paralysé des deux jambes . Il ne se déplaçait plus que sur une planche de bois munie de roulettes, en s’aidant de ses mains pour avancer .Mais malgré son handicap, il ne perdait jamais le sens de l’humour.Un jour, quelqu’un en plaisantant lui dit : “ tu vois où tu en es réduit Chriqui? ” Il lui répondit : “vois-tu, c’est une vieille dette que je paie aujourd’hui, parce que quand j’étais bébé probablement je n’ai pas assez rampé, alors on me fait payer maintenant tout ce que je n’ai pas rampé quand j’étais bébé ”

Le problème de la mahia ne concernait pas seulement les Juifs. Certains Musulmans de la médina, peu observants, venaient au mellah à la tombée de la nuit pour boire de la mahia chez quelque Juif du mellah qui la fabriquait en cachette Ils rentraient chez eux le soir quelque peu éméchés au grand dam de leurs épouses, comme le rapporte cette histoire suivie d’une chanson.

Il frappe à la porte . Sa femme vient lui ouvrir et demande : qui est-ce ?

Skon ?.      Skon ?

Helli l-bab ! ma ta‘ref skon ana ? Men deqqa dyali ta‘ref belli gher ana.

Iwa ‘la slamtek ! tzik s-skhana / nti ka tlali f-el qhawe/ wana bayta sahrana

Daba gher b-zoz del kisan rasqli / u ntina baqya ka tehder hetta t-teyroli. Ta‘ref as ta‘mel ila ntina bent n-nas u qelbek ‘liya mehroq zbed elqre‘a u-l-kas u kemmel m‘aya r-rsoq

Sme‘ y a dak el-meskhot ! sir t-tof m ‘a men tesker u-mma ana bezzaf ‘lik, wila kettert el-hedra daba nworrilk.

Ai…ai…ai… ‘las ka tedhini ? ma ‘endek swiyes d-er rehma ‘liya ? fa-‘wad ma tqol-li l-lah ya‘fo ‘lik men had el-bliya tefrah biya teghsel li rezliya u tghenni ‘liya.

Sof! had-l-lila ghadi nkhellik tedhel / u ghedda ila ziti m‘attel u sekran rani nekhrez ‘lik u ntewwof bik z-iran . Qolt-li nghenni ‘lik iwa ghadi nghenni ‘lik had el-ghenya di twatik.

Traduction

Qui va là ? Qui va là ?

Ouvre-moi ! Ne sais-tu pas qui je suis ? Rien qu’à ma manière de frapper à la porte tu peux deviner que c’est moi.

Paix sur toi malheureux ( ironique)! Puisse la fièvre t’abattre ! Toi tu déambules au mellah et dans les cafés tous les soirs et moi je passe mes nuits éveillée.

  • Quoi ! deux verres seulement me mettent en gaîté. Et toi tu continues à me critiquer, tu vas finir par me fâcher.

Voilà ce que tu vas faire, si vraiment tu es une fille de bonne famille et que ton cœur a encore un peu de tendresse pour moi, sors une fiole et une guitare et nous nous égayerons ensemble .

-Ecoute, espèce de goujat, lui dit-elle, va chercher avec qui te saoûler. Je suis trop bien pour toi. Et si tu continues à m’importuner par tes paroles, je te ferai payer cher tes gaudrioles.

-Aïe!… aïe!… aïe!… Pourquoi me chasses-tu? n’as-tu pas pitié de moi ? Au lieu de me dire “que Dieu te pardonne pour ce vice”, m’accueillir avec joie et me chanter quelque chanson …

Eh bien d’accord pour cette nuit, mais demain si tu t’avises à rentrer tard et saoûl ce sera ta fête et je te ferai honte devant tout le monde. Tu m’as demandé de te chanter une chanson, eh bien, je vais t’en chanter une qui te va très bien. Ecoute :

Kif na‘mel ya-l-khwan ?

 

‘Andi razel sekran

 Fdahni m‘a z-ziran

Kif na‘mel ya-l-khwan ?

 

Ka imsi idor f-el- qhawe

 U i‘ammer raso u izini

Rehto ka tsekkerni

Khayfa la yeblini

Kif na‘mel ya l-khwan ?

 

Dwit m‘ah b-en-niya

Wala hebb isma ‘ liyya

Blito hiyya hiyya

Kel-lila izini sekran…

Kif na‘mel ya l-khwan ?

 

Que dois-je faire mes frères ?

J’ai un mari ivrogne

Il m’expose à la risée des voisins

 Que dois-je faire mes frères ?

 

Il s’en va tourner dans les cafés

Il s’imbibe de vin à son gré

 Son odeur seule me fait tourner la tête

J’ai peur d’en être contaminée.

Que dois-je faire mes frères ?

 

J’ai essayé de le raisonner

 Il ne veut point m’écouter

 Son vice est tenace

 Il rentre chaque soir schlass

Que dois-je faire mes frères ?

 

Langues et folklore des Juifs marocains-Pinhas Cohen-2014- Histoire de la mahia au mellah El kas-d-Chriqui /Le verre de Chriqui-page 81

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 156 מנויים נוספים

מרץ 2020
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
רשימת הנושאים באתר