ארכיון יומי: 28 באוגוסט 2022


  Les noms de famille juifs d'Afrique du nord des origines a nos jours – Joseph Toledano-Cazes-Castro-Caspi

une-histoire-fe-familles

CASPI

Nom patronymique d'origine hébraïque, dont le sens est l'argentier. Selon la tradition cette famiille qui s'est illustrée en Provence aux X-XIèmes siècles, aurait pris le nom de sa ville d'origine en France, Argentières, en le traduisant en hébreu. Autre orthographe: Kespi. Au XXème siècle, nom très peu répandu porté en Algérie, (Alger, Bougie, Sétif) par les descendants de cette famille venus de France.

RAPHAEL: Rabbin originaire d'Argen­tières installé à Salonique en 1571.

  1. HAIM: Rabbin et poète connu à Oran fin du XVIIIème début XIXème siècle. Il rédigea en 1807 un grand ouvrage de com­mentaires "Tséror Hayim" qui ne fut impri­mé qu'après sa mort, à Livourne en 1889.
  2. ABRAHAM: (1893-1958). Célèbre médecin et notable de la communauté d'Alger.

JOSEPH: Secrétaire de l'Association Consistoriale Israélite d'Alger au début des années cinquante.

  1. JEAN-MARC: Fils de Abraham. Médecin, né à Alger en 1934. Président de la Société Française d'Acupuncture et auteur de "L'Acupuncture", encyclopédie de cette médecine chinoise (Paris, 1985).

ADIEL: Fils de Abraham. Conseiller financier, éditeur et homéoapathe né à Alger en 1937. Après des études d'anglais et d'économie aux universités d'Alger et de Paris, il fut conseiller financier dans deux banques d'affaires parisiennes. Il fit sa alya en 1975 et s'installa à Kiriat Araba, Hébron. Il a fondé à Jérusalem les Editions de l'Ophel qui a publié entre autres, en 1981, son propre ouvrage "Rue des Juifs", récit sur la vie du grand poète et philosophe de l'Age d'Or Espagnol, rabbi Abram Iben Ezra.

NADINE CASPI-GUEDALA: Universi­taire israélienne d'origine, née à Tunis dans une famille originaire de Rome. Professeur de pensée juive, spécialiste de la Kabbale à l'Université Hébraïque de Jérusalem. Auteur de nômbreux ouvrages

 

CASSUTO

Nom patronymique d'origine italienne, ethnique d'origine, porté par une famille illustre de Rome. Au XXème siècle, nom très peu répandu, porté uniquement dans la communauté livoumaise de Tunis.

EMILE: Célèbre médecin né à Tunis en1875. Il fut longtemps le directeur de l’hôpital israélite de Tunis et le rédacteur en chef de la "Revue Tunisienne des  Sciences Médicales entre les deux guerres.

 

 

CASTELNUEVO

Nom patronymique d'origine italienne, ethnique de la ville du même nom en Italie, Castelnuevo di Gafagnana, près de Pise, et qui a pour sens le nouveau château. Au XXème siècle, nom très peu répandu, porté en d'originaires de Livourne.

BARON GIACOMO: Célèbre médecin à Tunis au milieu du siècle dernier. Explora­teur, diplomate et homme politique. Il fut le médecin personnel d'Ahmed Bey (1837-1855) et de ses successeurs et leur conseiller personnel en matière écono­mique et diplomatique. Arrivé en 1877 à la présidence du comité local de l'Alliance Israélite Universelle, alors que jusque là il s'était peu intéressé à la vie commu­nautaire, il obtint l'accord des autorités à l'ouverture de la première école du réseau de l'Alliance qui fut effectivement inau­gurée une année plus tard, en 1878. Fervent patriote italien, son espoir de voir l'influence italienne prédominer dans la nouvelle école dont la langue d'ensei­gnement était le français, fut définiti­vement écarté après que la France, prenant de vitesse l'Italie ait établi par le traité du Bardo son protectorat sur la Régence en 1881.

 

CASTIEL

Nom patronymique d'origine espagnole, ethnique de la province de Castille. Bien que tous les expulsés d'Espagne installés du Maroc ne venaient pas uniquement de Castille, mais aussi d'Aragon et du Portugal, les Taknaot qu'ils se sont donnés s'intitulaient " Takanot de la communauté sainte des Castillans.", à la fois parce qu'ils étaient les plus nombreux et les plus instruits. David Corcos se pose la question si les porteurs de ce nom ne seraient plutôt originaires de Touzeur en Tunisie dont l'ancien nom était Castillya, une zone réputée pour son extrême ferilité et qui abritait une colonie juive depuis la période romaine – sans donner de réponse tranchante. Cette hypothèse est peu plausible, d'abord comme nous l'avons souvent souligné parce que généralement la mémoire des noms ne remonte pas si loin dans le pasée, secondo parce qu'on trouve des porteurs de ce nom parmi les expulsés d'Espagne dans l’empire ottoman qui n'avaient aucune relation avec la Tunisie. D'ailleurs ce patronyme ne s'est illustré qu'en Orient, porté par une dynastie de rabbins de Turquie installés au XVIIème en Terre Sainte, en particulier à Hébron et Jérusalem. Ce patronyme est attesté en Espagne dès le XIVème siècle, précédé de l'indicatif: Alcastiel et au Maroc dès le XVIème siècle. Au XXème siècle, nom moyennement répandu, porté uniquement au Maroc (Tanger, Tétouan, El-Ksar, Larache, Meknès, Safï, Sefrou, Fès, Marrakech, Casablanca) et par émigration à Gibraltar.

  1. YEHOUDA: Un des rabbins expulsés d'Espagne qui s'établirent à Marrakech au début du XVIème siècle.

MORDEKHAY: Notable de la commu­nauté de Tanger, un des signataires de la Haskama de 1795 par laquelle la communauté se détacha de la juridiction du tribunal rabbinique de Tétouan.

YEHOUDA: Un des dirigeants de la communauté de Larache au cours des années 1920.

MAURICE: Spécialiste de la distribution, haut fonctionnaire dans les magasins coopératifs appartenenat à la Histadrout Coop un des fondateurs de l'Association des Originaires de Meknès en Israël.

ELISE: Fille de Jacob Hadida, née à Marrakech en 1932. Secrétaire Générale depuis sa fondation de l'association des originaires de Marrakech en France et collaboratrice à l’édition de son organe, "Trait dUnion", paraissant périodiquement.

JUDAH: Militant communautaire origi­naire du Maroc à Montréal, rédacteur du mensuel de la communauté Sépharade du Quebec, "La Voix Sépharade".

CASTRO

Nom patronymique d'origine espagnole, ethnique de la localité de Castro dans la province de Tolède, porté aussi bien chez les Juifs que les chez les Chrétiens de la péninsule ibérique et d'Amérique Latine. Après l'expulsion d'Espagne on trouve essentiellement ce patronyme dans les communautés juives de l’empire ottoman, particulièrement en Turquie et en Grèce. Le nom est attesté au Maroc au XVIème siècle sur la liste Tolédano, sous cette forme et également précédé de l'indice d'origine espagnol: De Castro. Autre forme à la portugaise: Couastro. Au XXème sièce, nom très rare porté au Maroc (Tétouan Tanger, Meknès, Casablanca), et en Tunisie (Tunis).

JOSEPH: Publiciste et journaliste, il fut notamment le rédacteur en chef de l'hebdomadaire d'union et de fraternité,"L'Eveil Juif', qui parut à Tunis en 1949.

GEORGES: Homme de lettres français originaire de Tunisie. Auteur notamment du roman historique "Entr-acte à Carthage" (Tunis, 1977).

 

CATARIVAS

Nom patronymique d'origine espagnole, indicatif d'une origine. Après l'expulsion on ne trouvait des porteurs de ce nom que dans l’empire ottoman et pas au Maghreb. Au XXème siècle, le nom n'était pas porté au Maghreb.

  1. SHEMARIA: Rabbin né à Tibériade, il fut envoyé comme émissaire de la ville sainte au Maghreb et à la fin de sa mission s'installa à Tunis en 1760. Il fut nommé juge au tribunal de rabbi Messod Elfassi et y siégea jusqu'à sa mort en 1772.

 

CAZES

Nom patronymique probablement d'origine hispano-arabe, hispanisation du patronyme arabe Abecassis (voir Abecassis). Abraham Larédo avance une autre explication aussi convaincante, confirmée par la démographie, ce patronyme n'étant porté au Maroc que par des descendants des expulsés d'Espagne: ethnique de la bourgade de Caces, dans la province d'Oriente en Espagne. Le nom est attesté sous la forme d'Abencaces en Espagne au XlVme siècle. Après l'expulsion de 1492, on trouvait des porteurs de ce nom au Maghreb, en Italie, et dans l'ancien empire turc, de Constantinople à Salonique. Au XXème siècle, nom très peu courant, porté à Tétouan et par émigration à Tanger et Casablanca, et en Tunisie, à Tunis.

LEVY: Riche négociant et notable de la communauté de Tétouan qu'il présida au cours de la délicate période de l'occupation espagnole (1860-1862) à la suite de la défaite des troupes marocaines. Les Espagnols reçus en libérteurs par les Juifs de la ville ne l'évacuèrent que sous la pression des Anglais et après le paiement par le Maroc d'une énorme indemnité de guerre. Avant le départ des Espagnols, il avait obtenu des puissances européennes d'exercer des pressions sur les autorités marocaines afin qu'à leur retour, aucune mesure de représailles ne soit prise contre les Juifs de la ville pour leur collaboration avec les occupants. Et effectivement le retour des autorités marocaines ne fut accompagné d'aucune exaction ni contre lui-même ni contre les autres notables de la communauté.

DAVID (1851-1913): Fils de Lévy Cazes Il fut le plus doué des èlèves de la première promotion de la première école du réseau scolaire de l'Alliance Israélite Universelle, ouverte à Tétouan en décembre 1862. il fut en 1865 le premier moniteur marocain du réseau. En 1867, il fit partie de la première promotion de quatre élèves 2 ־ du Maroc, 1 de Jérusalem, 1 de Hongrie – de la nouvelle école de cadres fondée pour répondre aux besoins en maîtres de l'Alliance, l'Ecole Normale Orientale de Paris. Conformément à la doctrine pédago­gique alors en vigueur qui estimait que nul n'est prophète en son pays, il fut décidé à la fin de ses études de le nommer, non dans son pays natal, mais en Grèce, où il fonda en 1869 l'école de Volo. En 1873, il ouvrit la première école de Smyme, en Turquie. Mais son oeuvre la plus remar­quable fut l'ouverture de la première école de l'Alliance à Tunis en 1878. Bien dans la tradition pionnière de l'époque où le métier d'instituteur était un sacerdote, il ne se limita pas à la direction de l'école, mais usa largement de ses relations avec les consuls étrangers pour tenter d'améliorer la situation des Juifs du pays, à la veille du Protectorat français et après son instau­ration. il fut un partisan enthousiaste et actif de l'installation du Protectorat français sur la Tunisie par le traité du Bardo en 1881. Il se mêla activement de la vie communautaire et publia le premier traité d'histoire des Juifs en Tunisie: "Essai sur l'histoire des Juifs de Tunisie " (Paris 1889, seconde édition, Marseille, 1985). Il s'intéressa également à la vie religieuse et intellectuelle du judaïsme tunisien, publiant la première bibliographie critique des oeuvres des rabbins et érudits du pays: "Notes bibliographiques sur la littérature juive tunisienne" (Tunis, 1898, également réédité par l'association des originaires de Tunisie à Marseille sous la direction de Mairie Charles Hadad). En 1885, il revint pour une courte mission au Maroc, chargé par l'Alliance d'établir un plan pour l'extension de son réseau d'école dans l'Empire Chérifien. Il fut ensuite envoyé en 1893 diriger l'oeuvre agricole et scolaire de la Jewish Colonisation Association, fondée par le Baron Hirch pour favoriser l'immigration en Argentine des Juifs persécutés d'Europe Orientale. Il mourut en Argentine en 1913. Son frère, Abraham fut également instituteur et comme lui commença sa carrière en Orient, prenant sa succession à la tête de l'école de Volo, en Grèce.

AMRAM: Fils de Mordekhay. Homme d’affaires à Tanger à la fin du siècle dernier. Vice-consul du Brésil à Tanger. En 1912 il s'installa dans le nouveau port en essor, Casablanca, avec ses frères Joseph et Mimoun, où il fut un des grands notables de la nouvelle communauté.

 

AMRAM: Fils de Mordekhay. Homme d’affaires à Tanger à la fin du siècle dernier. Vice-consul du Brésil à Tanger. En 1912 il s'installa dans le nouveau port en essor, Casablanca, avec ses frères Joseph et Mimoun, où il fut un des grands notables de la nouvelle communauté.

ALBERT: Fils de Mimoun, juriste né à Tanger, il s'installa à New York où il enseigna des années le français, avant de venir rejoindre sa famille installée à Casablanca, où il devait mourir.

HELENE CAZES-BENATTAR: Fille d'Amram, née à Tanger en 1900. Vers l'âge de 20 ans, elle s'installa avec sa famille à Casablanca où elle épousa une des étoiles montantes de la communauté, Moses Benattar qui fut emporté à la fleur de l'âge en 1935. Première femme avocate du Maroc, elle joua un rôle de premier plan dans les oeuvres de bienfaisance de la communauté de Casablanca. Fondatrice et première présidente de la section de Casablanca de la W1ZO. Au début de la Seconde Guerre, elle fonda le comité d'Accueil des réfugiés juifs fuyant l'Europe nazie et qui avaient trouvé un hâvre provisoire au Maroc avant leur départ pour l'Amérique. Tout avait commencé en juillet 1940 lorsque les autorités s'adressèrent à la Croix Rouge Française, dont elle faisait partie, ne sachant que faire de centaines de réfugiés arrivés sans papiers au port sur un bâteau venant d'Europe. Volontaire engagée dans la Croix Rouge, elle les prit sous sa responsabilité personnelle puis fonda le Comité d'Aide aux Réfugiés étrangers qui sollicita des dons des notables de la communauté pour trouver logement, nourriture, travail pour les réfugiés et papiers pour ceux qui voulaient continuer vers l'Amérique. C'est en venant au secours de ces réfugiés, que le JOINT américain mit les pieds au Maroc et elle en fut la première représentante locale. Elue pour faire partie de la délégation marocaine à la conférence extraordinaire de guerre du Congrès Juif Mondial qui se tint à Atlantic City en novembre 1944, elle ne put s'y rendre. Elle continua à diriger le bureau de la Joint après la guerre. C'est ainsi qu'elle fut appelée fin 1947 à Alger

pour s'occuper, au nom de la HIAS du rapatriement au Maroc de 400 immigrants clandestins arrêtés par la police français alors qu'ils tentaient d’embarquer à bord du bâteau affrété par la Hagana, "Haportsim". Elle obtint en fait qu’il ne soit procédé à aucun rapatriement de force et que ceux qui le désiraient puissent transiter par la France en route pour Israël. Après l'indépendance du Maroc, elle s'installa à Paris où elle fonda au début des années soixante l'UJJM, l'Union pour la Promotion des Juifs du Maroc, pour la défense des intérêts moraux et matériels des milliers d'originaires du Maroc installés en France, qu'elle présida jusqu'à sa mort.

Les noms de famille juifs d'Afrique du nord des origines a nos jours – Joseph Toledano-Cazes-Castro-Caspi

Page 300

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 197 מנויים נוספים
אוגוסט 2022
א ב ג ד ה ו ש
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

רשימת הנושאים באתר