Juifs au Maroc et leurs Mellahs-David Corcos

Les juifs au Maroc et leurs Mellahs – David Corcos 

Les quartiers speciaux ou etaient relegues les juifs n'ont d'abord existe qu'en Europe. Leur etablissement fut sanctionne par une loi canonique du Troisieme concile de Latran en 1179.

L'epidemie de peste de 1799 qui fit tant de ravages au Maroc frappa durement Mogador ou, d'apres Jackson 4.500  personnes en moururent. D'autres textes avancent le chiffre de 5.000  victimes. Des families musulmanes errantes fuyant le fleau s'etaient refugiees dans la ville. Des families juives, a qui l'entree avait ete interdite, moururent de misere dans les sables, sous les murs de la ville dont les portes avaient ete fermees. On ne put leur porter secours. La mort ne fit pas de discrimination parmi les habitants de Mogador.

 Beaucoup de families juives et chretiennes emigrerent des qu'elles le purent. Moulay Sliman, craignant pour la prosperite du port et du Maroc, interdit l,emigration des femmes juives  et ceux qui se preparaient a partir durent rester pour ne pas briser leurs foyers. Les Chretiens, proteges par leurs Nations, partaient d'autant plus que leurs affaires etaient mauvaises en raison de la politique adoptee a leur egard par le souverain.

Tout le commerce, par la force des choses, passa alors entre les mains des "Toujar-as-Soultan". Au debut du XIX״ siecle, ces derniers favoriserent particulierement les echanges avec l'Angleterre, qui reprit ainsi la place preponderante qu'elle avait occupee et qu'elle occupera desormais dans l'economie marocaine. Les marchands juifs favoriserent egalement les echanges avec les Etat-Unis, notamment avec les ports de Salem (Mass.), Boston et Charleston. Les Antilles, surtout Saint- Thomas et la Jainai'que, profiterent de ce commerce grace aux navires americains qui y faisaient escale en venant de Mogador

Une famille d'Ifrane de l'Anti-Atlas, les Afriat, venus a Mogador apres 1792  prit une grande place dans le commerce, particulierement avec Londres ou Joseph Afriat devait se fixer vers 1809  et ses petit-neveux Jacob, Aaron et Sellam y creer, au milieu du XIX״ siecle, la plus importante maison marocaine de commerce de la "City". Le chef de cette famille, Judah ben Naphtali Afriat representant d'un "clan" qui depuis plusieurs generations, avait joui d'un prestige considerable chez tous les Juifs du Sous et dont l'histoire etait entouree de nombreuses legendes, avait ete brule vif a Ifrane (Oufrane) en 1792 . Apres la mort de Sidi Mohammed ben Abdallah, un marabout s'etait pose en pretendant chez les Ait Ba-Amran de la region d'lfni. II groupa les tribus et chercha a passer dans le Nord pour se faire proclamer sultan. A Oufrane, plaque tournante du commerce saharien, ou vivait une des plus anciennes communautes du Maroc et ou les Juifs etaient fort riches, Bou-Hallais ou Bou-Helassa (c'etait le nom de ce marabout), chercha a convertir les Juifs et leur donna a choisir entre l'lslam et la mort. On eleva un enorme bucher pret a recevoir les recalcitrants.

 Afin de prevenir toute faiblesse dans la communaute, les notables, au nombre d'une cinquantaine, avec a leur tete Judah ben Naphtali Afriat, apres s'etre purifies et fait la priere de Minha en commun, se jeterent 1'un apres l'autre dans le feu. Les Berberes delivrerent tous les autres Juifs. Ces derniers recueillirent les ossements et les cendres des martyrs et les enterrerent dans une grotte appelee Maarat ha-Makhpela par comparaison avec celle de Hebron. Les descendants de ces martyrs, celebres au Maroc sous le non de Nisrafin vinrent presque tous se fixer a Mogador oil ils furent entoures d'un grand respect.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 160 מנויים נוספים

אפריל 2014
א ב ג ד ה ו ש
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
רשימת הנושאים באתר