Les juifs de Colomb-Bechar-J.Ouliel..Et des villages de la Saoura 1903-1962

Les juifs de Colomb-Bechar

Et des villages de la Saoura

colomb-bechar1903-1962

Jacob Oliel

La jeunesse becharienne, insouciante comme toutes les autres, avait, elle aussi, des dis- tractions simples : elle aimait a se promener sur l'avenue, plus particulierement, les belles demoiselles bechariennes qui deambulaient nonchalamment, par groupes de quatre ou cinq.

Sauf le dimanche, ou ils allaient voir jouer les grandes equipes, les garcons s'adonnaient au foot-ball ; nous disputions des rencontres interminables dans la rue, sur les places publiques, partout ou un espace suffisant permettait de poser deux pierres de chaque cote pour figurer des buts, et tenter d'y loger une balle de chiffon, l'endroit ideal demeurant la place du Tanezrouft, quand le Pere Collignon ne venait pas confisquer le ballon, dont il craignait qu'il ne brise les vitraux de l'eglise… 

A une epoque ou la television n'existait pas encore, d'autres jeunes gens et jeunes filles, de toutes confessions, avaient le choix entre la lecture, la piscine municipale, le cinema public et ses films a la mode – malgre le decalage de quelques mois -, et la salle des «Peres Blancs», dont le Debrie 16mm, passait des Chaplin ou des Laurel et Hardy… J'ai toujours eu d'excellentes relations avec les religieux catholiques, ces voisins bien-veillants qui me pretaient des ouvrages, ou m'en offraient (je possede toujours les livres d'arabe, devenus aujourd'hui tres rares, que m'a donnes ce bon Pere Huchon, il y aura bientot quarante ans, et celui du Commandant Ceard, cadeau du Pere Duvollet.

 Ce Pere Blanc devait deja avoir la vocation de chroniqueur : il composait, a l'epoque, la feuille paroissiale (Bou Bechir) destinee a informer les Chretiens disperses dans les villages du sud, de toutes les nouvelles concernant leur communaute. Envoyee avec «La Vie», dont elle etait le supplement gratuit, cette feuille constituait un lien et apportait aux plus eloignes quelques informations utiles sur Bechar et la region : faits-divers, etat-civil, resultats des divers examens, manifestations de tous ordres..

Ayant collabore occasionnellement a Bou Bechir, dont je fus, l'illustrateur (en 1957- 1958). et pigiste (publication d'articles sur les Juifs de Bechar et l'epopee touatienne), je puiserai dans ce fonds les chiffres statistiques et les renseignements dont j'aurai besoin pour cet ouvrage.

A partir des annees 1950-1955 , la communaute juive ayant reussi a se faire une place, ses jeunes purent beneficier de certains avantages, jusque-la reserves et acceder par exemple a la piscine municipale, naguere interdite aux Indigenes.

Comme tous les jeunes francais, notre generation s'est passionnee pour les exploits des grands sportifs de l'epoque, les Bobet, Coppi, Bartali, Villemain, La Motta, Dauthuille, Mimoun, Hansenne, d'Oriola, les vedettes entre toutes restant, sans doute, le footballeur Ben Barek et le boxeur Marcel Cerdan.

A la meme epoque se constituerent diverses associations qui temoignaient a la fois du dynamisme et de l'evolution de la jeunesse juive de Colomb-Bechar : equipe de basket- ball avec Claude et Charles Amar, groupe des Eclaireurs Israelites, petite troupe de theatre, avec les fils Assouline, Meyer Teboul et bien d'autres…

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

ספטמבר 2013
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
רשימת הנושאים באתר