com.juives sahariennes.M. Abitbol

Communautes juives des marges sahariennes du Maghren

Edite par M. Abitbol

Institut Ben zvi pour la recherche sur les communautes juives d'Orient

Yad Itshak Ben-Zvi et l'Univesite Hebraique de Jerusalem.

הרב יעקב משה טולידאנו

הרב יעקב משה טולידא

C'est ainsi que le rabbin Moise Berdugo relate le cas des freres Ruben et Simeon. Le premier se voit contraint par l'autorite politique a payer une tres importante taxe

 pour y faire face, il doit vendre une cour avec les maisons qui 1'entourent, qu'il possede conjointement avec son frere. Plus loin le meme auteur donne les noms des deux freres: Moise Aben Sonbal et son frere Juda Benattar(! ) Un responsum parallele publie dans le recueil du Yavets retablit les noms des deux freres: Moise Aben Sonbal et son frere Juda, donne les details de l'affaire, et indique comme millesime 1726  alors que l'autre texte porte la date de 1721.

 Le second texte explique egalement que cette cour n'etait d'aucun interet pour un Musulman, "puisqu'elle se trouve dans la rue des Juifs, et il est impossible qu'un non Juif y demeure, car elle est reservee aux seuls Juifs", precision qui manque dans le premier texte.

II arrive egalement que le meme probleme soit soumis en meme temps a deux rabbins differents, qui se connaissent peut-etre, mais qui ne savent pas qu'il vont devoir repondre a une meme question. C'cst ainsi qu'en 1894 les rabbins Raphael Moise Elbaz   et Hayyim Abraham Elie Shitrit furent consultes et meme temps sur les consequences de la decision prise par le Sultan de retirer de la circulation "le douro a l'effigie de la reine Isabelle l'espagnole". Quelques annees plus tot, en 1887, les rabbins Isaac Ibn Danan et Raphael Moise Elbazavaient eu a resoudre separement un probleme qui avait oppose deux associes qui detenaient le monopole de vente du tabac et du kif a Meknes, monopole qu'ils avaient achete au Sultan.

 Pourquoi ce double emploi? Faut il l'attribuer au peu de confiance accorde au premier rabbin consulte qu'il fallait conforter par un deuxieme avis? Le probleme etait il tellement complique, et risquait on de voir l'un des adversaries se derober devant une sentence qui lui serait defavorable? L'une des demarches est elle un appel de l'autre? Ce qui est certain c'est que seul l'examen conjoint des deux exposes des faits et decisions peut nous renseigner effectivement sur la nature et l'ampleur des problemes poses.

La juxtaposition des ces sentences considerees comme autant de revelateurs d'une societe traditionnelle risque de creer 1'impression que la societe juive nord-africaine est immobile et etrangere a tout changement. Les problemes ne varient pas beaucoup. II serait cependant assez arbitraire d'adopter une vue des choses qui est loin d'etre demontrec, et que la multiplication des Takkanot, des ordonnances, qui sont autant de reformes de la societe marocaines, semble contredire.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 160 מנויים נוספים

אפריל 2014
א ב ג ד ה ו ש
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
רשימת הנושאים באתר