Laredo Abraham-les noms des juifs du Maroc- Adiba- Ben Eddahan

(Ben Addahan) Bendahan-בן אדהאן

Ben Edahan, Abendahan

بن الهًان

Même nom que l’antérieur, précédé de l’indice de filiation «Fils du Peintre», ou «Fils du marchand d’huile"

Graphie dans les anciens documents espagnols : Abendahon

Mayl (Meïr) Abendahon fait l’objet d’un ordre de l’Infant Don Jaime à  son Almoxarif et Trésorier, Don Felipe de Castro, à Tolède, pour qu'il lui délivre un Maure. Ce document est daté à Saragosse le 27 décembre 1370

            Sa’adiah Ben Eddahan, rabbin cabaliste à Beghris dans le Tafilalet au XVIIe s.

Salomon Ben Eddahan (Ha-Zaquen), fils de Sa’adiah (2), rabbin médecin à Beghris dans le Tafilalet au XVIIe s

Sa’adiah Ben Eddahan, rabbin «Shohet» (sacrificateur) à Fès au XVIIe s

Messod Ben Eddahan, fils de Salomon (3), rabbin à Beghris dans le Tafilalet, XVIIe-XVIIIe s

Salomon Ben Eddahan, fils de Messod (5), rabbin de Beghris (Tafilalet), se rendit à Tétouan au début du XVIIe s., d’où il partit pour Amsterdam en vue de quêter des fonds nécessaires au rachat de sa famille et de sa synagogue qui se trouvaient aux mains des Arabes. Il y traduisit le Zekher-Rab de Salomon Sasportas, sous le titre de Mémoria de los 613 Preceptos (Amsterdam, 1727), et publia son ouvrage Bi-Neot Deshe, exhortations éthiques et rituelles avec des légendes sur Moïse et Aharon (Amsterdam, 1735; 2e édition en Russie, 1809

Joseph Ben Eddahan, rabbin à Tétouan ayant émigré en Palestine en 1845. Auteur de Shofriyah de Yoseph «Beauté de Joseph», Derushim (Alexandrie, 1897); Dibre Yoseph «Les paroles de Joseph», Ozerot Yoseph «Les Trésors de Joseph», Derushim Yoseph Hen «La Grâce de Joseph», Vayomer Joseph «Et Joseph dit», Sheelot-u-Teshubot ; Hod Yoseph «La Gloire de Joseph», Commentaires sur le Penta- teuque, Ma’asseh Bereshit «L’Oeuvre de la Genèse», homélies

Abraham Bendahan figure parmi les acheteurs au procès-verbal de vente de la succession du Sieur Marius Rey à Tanger en Novem­bre 1812

Joseph Nissim Ben Eddahan, petit-fils de Joseph (7), rabbin à Tétouan et Ceuta, ayant édité en 1897 l’ouvrage de son grand’père Jo­seph, Shofriyah de Yoseph. Auteur de Abanim Shelemot «Pierres parfaites»

Simon Bendahan fut le promoteur, en 1866, de la fondation à Gibraltar de la «Sick Jewish Poor Relief Society» pour venir en aide aux nécessiteux. A. B. M. Serfaty, p. 25

Pinhas Bendahan, président de la «Yagdil Torah» à Tétouan en 1966

 

(Ben Adhahab) Benedhab-בן אדהב

Ben Edhab

Nom arabe: «Fils de l’or»

Jacob ben Isaac Ben Adhahab, rabbin notaire à Debdou en 1721. Cohen.

 

37.Iddukh – אדוך

Iddoukh, Idduj, Eddoukh, Eddukh

Diminutif berbère de Mordekhay (Mardochée)

Voir Ben Dukhay (No. 417).

 

38.Adiba – אדיבא

Adeba, Adiva, Adibe

Féminin du nom espagnol ancien «Adive». Ce nom, dont le sens est «Loup» ou «Chacal», tire son étymologie de l’araméen דיבא «Diba» ou de l’arabe «El-Dhoaïb» (Chacal)

D’autre part, le nom Adeba figure dans les Tables de Ptolémée pour désigner une ville antique en Espagne, probablement la Batea actuelle (Madoz, I) dans la province de Tarragona

Jacob Adiba, expulsé du Portugal en 1496, s’établit à Azemmour (Maroc). En 1512, la Gouverneur de cette ville se soumit aux Portugais mais, bientôt après, reprit son indépendance. Le Roi Don Manuel ex­pédia une escadre contre cette ville, sous le commandement de son ne­veu, Don Jaime, Duc de Bragança. Une rude bataille fut engagée entre Arabes et Portugais, qui dura toute une journée, sans résultat apparent. Mais le lendemain, à l’aube, Jacob Adiba se présenta devant Don Jaime pour lui annoncer l’évacuation de la ville et pour lui demander sa protec­tion pour lui-même et ses coreligionnaires. Le Duc la lui promit et tint parole, ce qui permit aux Juifs d’Azemmour, au nombre de quelques milliers, de quitter la ville sous escorte militaire pour se rendre à Safi et à Fès

Mose Adibe, habitant d’Azemmour, figure dans un acte d’accu­sation devant l’Inquisition, daté à Evora le 18 Janvier 1537, comme étant devenu juif après avoir été chrétien

Joseph Adiba (Yussaf Adibe), Grand Rabbin d’Azemmour au XVIe s., fut le médiateur entre le Roi du Portugal et les marocains de la Chaouîa. Hirschberg I, 311; Textos en Aljamia Portuguesa, par David Lopes, in Villes et Tribus du Maroc, Casablanca et les Chaouîa, vol. I (Paris), 1915

Yahya Adiba, interprète officiel «à Azemmour, fut chargé par les Portugais, d’une mission auprès du Sultan du Maroc à Fès, en 1530. Hirschberg I, 311

5/6. Jacob et Mosheh Adiba, commerçants, percevaient les impôts à Azemmour au XVIe s. Hirschberg I, 311

Jacob ben Abraham Adiba, rabbin notaire à Debdou en 1927. Cohen.

Laredo Abraham-les noms des juifs du Maroc- Adiba Ben Eddahan

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 182 מנויים נוספים

אוגוסט 2021
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
רשימת הנושאים באתר