Alliance Israelite Universelle..Joseph Chetrit..Les Juifs de Taroudant, leurs metiers et leurs saints 

La communaute juive de Taroudant 

Nous ne disposons pas de documents historiques sur l'origine et revolution de la communaute juive de Taroudant et son environnement. Cependant, il ne fait aucun doute que des communautes juives rurales ou semi-rurales y existaient des le Xleme siecle au moins. La celebre qina  [=elegie] d'Abraham Ibn Ezra, qui evoque au mileu du Xlleme siecle la destruction des communautes juives au Maghreb et en Andalousie sous les Almohades, y inclut celles du Sous, dont Taroudant a ete une des plus grandes. 

 D'apres des rares chroniques et des temoignages, le sort de ces communautes rurales et semi-rurales a d'ailleurs ete lie tout le long de leur histoire jUsqu'a leur dispersion dans les annees 1962-1963 et leur emigration en Israel. A certaines epoques comme aux XVIeme – XlXeme, a differentes reprises, lors de disettes ou de troubles graves, les petites communautes de Tiout, et d'Igli, Oulad Berrhil, Oulad Hassan, Tinzert et Arazan (appelees communement Ras-l-Wad), d'Oulad Buriis ou meme d'Aqqa et Tata aux confins du Sahara, ont nourri la population de Taroudant et en ont maintenu le nombre habituel, un millier de personnes en general, alors qu'elles comptaient quant a elles de 30  a 200 membres au maximum. 

 Dans d'autres circonstances, comme au debut du XVIIeme siecle, a la suite d'une epidemie de peste, les juifs de Taroudant ont trouve refuge a Aqqa et ses environs.Taroudant et les communautes voisines ont de plus ete unies depuis le XVIeme siecle au moins par des activites kabbalistiques intenses et par la veneration commune des saints, de la famille Cohen Azogh– Le surnom Azogh semble etre origine berbere. Dans cette langue, le radical / z-w-gh– designe la qualite de rouge, rouquin, vert, vermillion –  en particulier, qui sont enterres parmi les tribus berberes des Mentaga et des Mnabha ou bien a Taroudant meme, comme le montrent bien les documents qui seront presentes ici. 

Ces differents brassages de communautes se refletent d'ailleurs dans le parler judeo-arabe de Taroudant, ou des centaines de termes berberes continuent de designer des entries de la vie quotidienne, du corps humain et de la maison. Cette hybridation ne saurait s'expliquer que par le fait qu'une partie des locuteurs au moins etait bilingue dans les siecles precedents, ceux qui etaient originaires des communautes rurales en particulier, et pratiquaient aussi bien le judeo-arabe que le (judeo-) berbere, alors qu'a Taroudant meme, les juifs n'utilisaient aux XlXeme et XXeme siecles que le judeo-arabe comme langue principale.

  1. Ces communautes de la plaine du Sous ont bien evidemment connu les aleas et les  rebondissements sociopolitiques qui ont sans cesse secoue le sud du Maroc depuis le Moyen Age jusqu'a l'etablissement du Protectorat franfais de 1912Pendant cette longue periode, c'est une instabilite chronique qui a frappe la region, a cause des luttes entre les differentes dynasties berberes ou arabes qui se sont succede, dont certaines comme les Saadiens y ont meme pris naissance au XVIeme siecle et ont adopte pendant un certain temps Taroudant comme capitale.

 D'autres luttes frequentes ont oppose le pouvoir central de Fes, de Marrakech ou de Meknes aux potentats locaux ou a des pretendants au trone, comme les maitres du Tazerwalt.

Ces communautes, avec a leur tete Taroudant, ont joui tout autant des nouvelles opportunites economiques qui ont fait prosperer les populations locales a certaines epoques plus ou moins longues, comme la culture de la canne a sucre aux XVIeme et XVIIeme siecles ou le commerce transsaharien, dont dont Taroudant etait jusqu'au debut du XXeme siecle une place importante sur la route de Marrakech, d'Essaouira (Mogador) ou d'Agadir.

 En dehors de ces activites commerciales internationales, y compris la frappe de la monnaie, les juifs du Sous ont subsiste grace au petit commerce de tissus et de denrees alimentaires, dont ils etaient souvent les distributeurs attitres, de metiers artisanaux et de colportage.

Les juifs etaient les orfevres, les ferblantiers, les matelassiers, les selliers et les cordonniers et certains proposaient leurs maigres marchandises ou leurs services dans les souks des differentes localites, en s'absentant souvent de longs mois de leurs foyers.

BRIT 31-PAGE17

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 160 מנויים נוספים

נובמבר 2012
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
רשימת הנושאים באתר