Communautes juives des marges sahariennes du Maghreb

 

Communautes juives des marges sahariennes du Maghreb

Edite par M. Abitbol

Institut Ben zvi pour la recherche sur les communautes juives d'Orient

Yad Itshak Ben-Zvi et l'Univesite Hebraique de Jerusalem

Types de problemes 

  1. Jusqu'a il y a quelques annees le classement des parlers juifs etait place pour moi dans une perspective nord-sud et se structural ainsi:

Kairouan, Mahdia et Sousse (Port de Kafrouan), Tunis etant un melange de parlers.

Djerba dont les habitants sont venus de Canaan, d'Arabie (Yemen) et du Djebel Nefoussa, puis ont rayonne vers les communes du sud tunisien, algerien et probablement marocain.

Ayant reflechi et interroge sur le terrain a propos du corpus de la geste, de ses heros et d'usages extra linguistiques, et ceci non seulement en Afrique du Nord mais aussi en Israel (au Negev), je devais decouvrir qu'il existait un noyau dur dans les parlers des marches ouest et sud-ouest de la Tunisie ou j'ai pu isoler in extremis des elements de parlers du Kef juif, du Sers juif, de Tozeur et de Nefta juifs, de sorte que j'ai ete amenee a supposer que ces luifs qui marchent d'est en ouest et qui chantent, s'ils sont venus en partie, d'Arabie, comme les Hilaliens, n'ont pas tous la meme origine.

A travers cette disposition des parlers structures selon cette marche depuis l'Arabie (Damar, Arhab, Taez) jusqu'a Imi Ntanout au Maroc (ce sont les limites de mon information), les parlers des Juifs du sud ne sont pas homogenes, ce que leur grand nombre laissait prevoir; de plus ils se groupent comme dans le tableau II.

Peut-etre l'etude d'une autre geste, plus ancienne, celle de la conquete de l'IIfriqya, ou bien d'autre documents pourront-ils determiner par difference, si l'on peut, avec une marge raisonable de securite, classer les parlers juifs en prehilaliens, ce que l'on a deja fait, mais aussi en hilaliens.

 L'archive n'est pas seulement en effet point du depart, elle est aussi point d'arrivee qui suggere et autorise des verifications; en d'autres termes, si les chansons de geste que j'ai etudiees ont focalise ces types d'interrogation sur langage et societe, identite juive et relations humaines en milieu hostile (car les migrations ne vont pas sans contacts culturels), c'est sur elles que j'ai dirige des recherches purement formelles comme celles du fonds linguistique commun a ce genre de poesie et aux parlers, fonds decele en onornastique, en toponymie et a travers les redondances du lexique technique de ces chansons, voir plus loin a exemples concrets.

II. Types d'archives

Ces chansons de geste, hilaliennes ou non hilaliennes ne sont pas les seuls documents non exploites concernant les Juifs; il existe a Djerba juif et ailleurs, des guem'zot que je n'ai pas pas encore inventees mais simplement inventoriees; normalement cette nouvelle scientifique de vrait suffire a declencher des recherches de possibilite de travail en commun si elle etait comprise, c'est a dire concue dans les limites tres necessaires d'une deontologie de la recherche.

A cote de ces types d'archives il faudrait denombrer, repertorier et etudier les cimetieres juifs et anciens qui jalonnent ces marches. On a trouve au Kef, (frontiere de 1'est tunisien) un cimetiere de montagne ou les inscriptions hebrai'ques recouvrent de precedentes inscriptions romaines.

It reste aussi les archives communautaires, les bibliotheques juives, et les bibliotheques privees en milieu ibadite; ce sont les moins accessibles; le milieu ibadite est un peu comme le milieu juif de Djerba, a la fois orthodoxe et soucieux de tenir a jour les evenements quotidiens de la communaute; on peut remarquer en passant, que souvent hors des villes, les communautes juives les plus orthodoxes, vivent precisement dans les communautes musulmanes orthodoxes; e'est au moins le cas de Djerba, Tozeur, Nefta, Ghardaya et peut-etre etait-ce le cas de quelques groupements juifs tripolitains. Pourquoi? Il faudrait l'etudier en ayant present a 1'esprit que les "hommes elaborent leur propre projet d'existence."

En resume, parmi ces types de documents les archives litteraires orales, transmises de generation en generation et ayant un fondement historique que sont les chansons de geste il en est qui constituent des attestations relativement claires bien qu'indirectes pour favoriser la formulation d'hypotheses de travail; c'est a propos de ce genre d'informations qu'Henri Marrou parle de degre superieur de verite, parce que, dit-il, le temoin ne sait pas qu'il temoigne.

C'est peut-etre beaucoup disserter pour dire que l'associaticm de la discipline linguistique aux autres disciplines sociales est le meilleur si non le seul bon usage de la recherche, ce que tout le monde sait, mais pour aller un peu plus loin on peut ajouter sous une autre forme que l'histoire doit collaborer avec d'autres disciplines ou devenir une ideologie.

Apres ces generalites et ces quelques propos sur les types de problemes et les types d'archives, nous allons passer a des exemples concrets. Debarquer comme ca, a froid, dans un millieu humain a la recherche du meilleur document, de la meilleure archive, du meilleur temoinage qu'est ce qui legitime cela?

Une chose tres simple qui n'est ni l'attrait pour la communication ou pour la difference, voire l'exotisme, ni les examens de ce que l'on appelle les structures so ciales (lesquelles ouvrent les voies a l'etude d'un univers mental), meme pas une recherche d'identite; cette chose tres simple c'est le postulat de l'unite profonde de la gestualite humaine a l'interieur de choix et de modalites diverses.

II va sans dire que ces differences options preposuppositionnelles, methodologiques et deontologiques determinent et definissent a leur tour un type de recherche.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אוגוסט 2013
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
רשימת הנושאים באתר