Le mariage trad. chez les juifs marocains

LE MARIAGE TRADITIONNEL CHEZ LES JUIFS MAROCAINS – ISSACHAR BEN-AMI

לעילוי הנשמות הטהורות אסתר וגלאוסיה וייזר ז״ל

La jeune fille emplit un seau d'eau du ruisseau. Quand on la ramene a la maison, le fiance, qui l'a devancee, l'attend pres de la porte. Elle 1'asperge d'eau, en disant: "hak torbah" (reussis!). Le jeune homme est tenu d'avaler deux gorgees d'eau, aux cris des "youyous" des assistants.

Mardi soir, tout le mellah est invite a la principale ceremonie du henne 1chez le marie. Le pere de la fiancee arrive avec sa famille et des amis, tandis que la mere tient compagnie a sa fille a la maison. Tard dans la soiree, pendant qu'une tamzwara applique du henne au jeune homme, une vieille personne recite a trois reprises chaque vers:

 Henne du Draa,

 Henne de la montagne,

 On peint le marie

 Qu'il ait des enfants,

Qui auront la crainte de Dieu.

La jeune fille recoit, en tout, huit fois du henne, et le jeune homme, quatre fois. La cause donnee ici est que la fille est impure huit jours apres la fin de la menstruation, et que, pendant tout ce temps, il faut la purifier avec du henne

 Imeghrane. Dimanche. un dejeuner reunit les deux families et leurs amis. Le soir, vetues de leurs plus beaux habits et parees de bijoux, les femmes organisent le l'ah jusqu'au matin.

Lundi, une vache, ceinte d'un hzam et avec du khol autour de 1'oeil droit, est menee par les islan. Ils dansent autour d'elle, pendant que les assistants jettent des cadeaux sur l'animal. On grille de la viande, qu'on sert aux invites avec de la mahia.

Mardi soir, a l'abraz, les tamzwarat installent la fiancee sur un grand plateau et la lavent. Elles deposent par terre un qdndil, afin qu'elle soit une lumiere pour son mari. et du sel, qui la rendra agreable a son epoux.

A ma question, si la lumiere sert a eloigner les demons, l'mformatrice a acquiesce avec un signe de tete, sans vouloir prononcer le mot. II existe done un tabou sur 1'allusion au demon.

 Pendant cette operation, les femmes chantent:

"O! ote les habits de tes parents,

 Prends ceux offerts par ton fiance! "

 Lorsqu'elle est prete, on l'installe sur une mule, derriere un membre de sa famille. Elle est ainsi conduite chez le fiance. On asseoit les deux sur un lit pour assister a I'ab, qui dure jusqu'au lendemain matin.

Il semble que les centaines et milliers d'articles et publications qui concernent les Juifs d'Afrique du Nord, écrits généralement en diverses langues, sont loin de nous donner une image profonde et équilibrée de ce Judaïsme.

. Dans le Sous. Dimanche, les deux families et des invites dejeunent ensemble. A cette occasion, les islan soulevent le fiance et le font danser.

Lundi matin, avant l'abattage du boeuf, on couvre de foulards verts la tete de la bete et on orne ses cornes de bijoux. On procede a I'ab jusqu'a ce que la bete soit cacher. Les jeunes gens font une affrande a l'abatteur. Des seaux de mahia circulent parmi l'assistance et les gens boivent a pleines carafes.On grille de la viande, qu'on consomme sur place. Le lendemain aura lieu encore un deuxieme abattage.

Mardi soir, pour la ceremonie de "hanna elkbira", une grande assistance est presente chez la fiancee. Un des hahamim ou sages de la ville va chercher le fiance. En route, on chante en son honneur, jusqu'a ce qu'on 1'installe sur une table, pres de la fiancee. Celle-ci est recouverte d'un drap et d'un foulard. Les invites offrent une grama aux maries. On sert a l'assistance du poulet, du foie, du pain, du the et de la mahia. Des tamzwarat preparent le henne, pendant que d'autres chantent et dansent. Une tamzwara mettra du henne aux mains et aux pieds de la mariee et sur la main droite du fiance.

 On leur bande les mains a l'aide d'un tissu. On mange et on boit toute la nuit. L'ambiance est gaie. Les histoires et les plaisanteries fusent de toutes parts. On invite souvent des musiciens musulmans pour agrementer la fete. Au matin, chaque islan vient denouer les bandes attachees aux mains et aux pieds des maries, et, a cette occasion, offre une somme d'argent et du sucre. Les islan disposent ensuite du bois et font un feu. Ils prennent le fiance et font semblant de le bruler. La mere de la jeune fille accourt et remet aux jeunes gens des bijoux d'or et de 1'argent. Chez les Oulad- Barhi, c'est le pere du jeune homme qui offre un mouton aux islan, afin de racheter son fils.

LE JOUR DU MARIAGE

Mercredi est le "nhar seba' barahot"," ou on lira pendant la ceremonie nuptiale les sept benedictions.

Cote atlantique 

A Casablanca, les fiances vont au bain dans la nuit du mardi au mercredi ou mercredi matin. Les tamzwarat viennent laver la fiancee a la maison. Elles lui coupent les ongles des pieds et des mains et lui taillent les cheveux, principalement les poils de l'entre jambes.

Note de l'auteur

E. Mauchamp, La sorcellerie au Maroc, Paris s. d., p. 135: "II est interdit de toucher aux poils du corps. Ainsi tout poil arrache ou coupe au penis retarde d'un an le manage d'une jeune fille. Mais cette interdiction ne s'applique pas aux femmes marines, qui doivent au contraire se faire 6piler". Chez les Juifs de Tunisie, on epile totalement la marine. Voir D. Cohen, op. cit., pp. 19, 41. Cohen ajoute que cette coutume tend si disparaltre depuis qu'on s'est assure que l'origine de cette coutume n'est pas juive. Pour les Musulmans, voir W. Margais, Takrouna, p. 381 (bonne description); Montety, op. cit., p. 78.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אוגוסט 2013
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
רשימת הנושאים באתר