Alliance Israelite Universelle..Richard Ayoun

ALLIANCERichard Ayoun

Synthese du colloque : L'Alliance Israelite Universelle en Tunisie (1860-1967) et les transformations socioculturelles de la communau te juive.

David Serfaty, ancien directeur de L'Ecole Normale Israelite Orientale, a fait appel a ses souvenirs pour sa communication intitulee « Les dix dernieres annees de l'A.I.U. en Tunisie : un temoignage ». Pour traiter de ce sujet, David Serfaty a d'abord evoque les problemes de l'enseignement de l'Hebreu, regies partiellement par l'arrivee des enseignants du Maroc. Puis, il a parle de la Reforme du 7  juin 1958  et de sa repercussion sur les programmes enseignes dans les ecoles de l'A.I.U., avec !'introduction de l'arabe litteraire dans les ecoles de l'A.I.U. et dans les ecoles de l'O.R.T. a Tunis. Selon lui, la reduction progressive de l'effectif juif dans les ecoles, est consecutive a l'immigration des Juifs vers la France et vers Israel, et aussi par l'exces de l'arabisation. Enfin, il a rappele les efforts constants des directeurs et du comite central a Paris pour le maintien de l'enseignement du francais dans les premieres classes du primaire pour terminer par !'evocation de la fermeture definitive du reseau scolaire de L'A.I.U. en Tunisie.

Claude Tapia, de l'Universite Francois Rabelais a Tours, a evoque «L'Alliance Israelite Universelle dans la memoire collective des Juifs de Tunisie

 D'abord ont ete evoquees les realisations de l'A.I.U. en tant que systeme educatif et en tant qu'institution d'influence politique et humanitaire, mais aussi les contradictions et les ambigui'tes inherentes a une vocation aussi large. Puis Claude Tapia a repondu a des questions qu'il s'est posees au sujet de l'heritage de l'A.I.U., de son action educative, formatrice ou reformatrice et de ce qu'il en reste dans la memoire.

Apres avoir rappele ce qu'ont apporte les differentes communications, il convient de dire qu'on ne peut manquer d'etre frappe par la richesse de ce colloque, qui, au cours des differentes seances a precise le role et l'importance de l'action de l'A.I.U. en Tunisie.

L'oeuvre de l'A.I.U. est liee, bien sur, a un climat favorable a la modernisation de l'enseignement non seulement dans le milieu juif, mais aussi musulman de la Tunisie. Volonte de reforme, qui se heurte parfois aux reticences de rabbins, qu'on aurait qualifie a l'epoque de « peu eclaires ». Mais les tentatives de reformes ne sont pas sans rencontrer des difficultes du fait que les reformistes, pour ce qui est du monde juif, ne peuvent concevoir un enseignement destine aux enfants juifs sans reserver une place a l'Hebreu et a la culture hebrai'que. Mais, cette place doit-elle etre preeminente, faisant passer au second plan le Francais ou, au contraire, l'enseignement de l'Hebreu doit-il avoir une place complementaire. C'est la un des merites des communications, comme celle de Yaron Tsur, d'avoir montre que le reformisme n'etait pas forcement adhesion pure et simple aux idees des fondateurs de l'A.I.U., qui etaient des Francais, convaincus des merites d'une culture francaise et penetres de la qualite des experiences pedagogiques frangaises, y compris dans le domaine de l'enseignement technique agricole, meme si, a l'usage, comme l'a demontre lumineusement M. Georges Weil, l'essai d'un enseignement nouveau s'est revele desastreux. Cette quasi hegemonie des ecoles de l'A.I.U. entrame tout naturellement un esprit de concurrence de la part de ceux qui veulent un enseignement, certes moderne, mais fonde sur une connaissance plus approfondie du Juda'isme comme l'a montre Monsieur Ariel Danan.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 159 מנויים נוספים

ינואר 2015
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
רשימת הנושאים באתר