Il etait une fois le Maroc Temoignage du passe judeo-marocain David Bensoussan

il-etait-une-foisIl etait une fois le Maroc

Temoignage du passe judeo-marocain

David Bensoussan

Qu'en était-il de la justice? 

En ce qui a trait à la loi religieuse, elle était appliquée par les cadis locaux. Les Oulémas ("alim) ou Fqih étaient des doctes et des érudits de l'islam (des Talib); aussi ils constituaient le pendant religieux de l'autorité. Les cadis étaient des Fqih qui rendaient la justice. Ils étaient secondés par des notaires ou Adoul et relevaient des Cadis régionaux et, ultimement, du Cadi de Fès.

En théorie, les Fqih ne relevaient pas de l'autorité du Makhzen. De ce fait, ils pouvaient avoir une certaine indépendance vis-à-vis de l'autorité. Ainsi, lorsque Muhammad Al- Madani Guanoun s'exprima contre l'utilisation d'instruments de musique à des fins spirituelles, il fut convoqué par le Gouverneur de Fès qui l'accusa de semer le désordre. Le Fqih lui répondit : « Chacun doit faire ce que doit : toi de me mettre en prison, et moi de continuer à dire la vérité.» Certains Fqih optaient pour l'enseignement et recevaient une pension annuelle.

En parallèle, les pachas qui sont les gouverneurs des villes et les caïds qui sont les représentants du Makhzen dans les régions non urbaines, incarnaient l'autorité du sultan. Toutefois, dans les régions de l'intérieur, une assemblée de notables connue sous le nom de jemâa rendait la justice selon un droit coutumier issu d'une vieille tradition orale. Par ailleurs, le recours au serment devant le tombeau d'un saint était une pratique courante.

Qu'entend-on par tradition juridique malékite?

Il y a quatre courants sunnites majeurs allant de l'orthodoxie intégriste à la modération : les Hanbalites dont les Wahhabites représentent la branche militante, sont partisans d'un état islamique. La tradition juridique Malékite se retrouve essentiellement en Afrique du Nord et s'inspire des pratiques des habitants de Médine comme source de jurisprudence, sachant que le prophète Mahomet avait choisi d'y élire sa résidence. Elle ne se limitait pas au Coran et à la Sunna. Les Shafites de l'Asie du Sud-est s'en tiennent aux traditions directement inputables au Prophète et à ses compagnons. Enfin, les Hanafim de Turquie et du Proche-Orient s'accordent une plus grande liberté d'interprétation.

Il existait aussi de nombreux ordres religieux.

Oui, à commencer par celui des chérifs. Tout comme la famille royale, ces derniers se réclamaient – et continuent de se réclamer – de la descendance de Fatima, fille du Prophète. Les principales branches des chérifs sont celles des Idrissides, des Saadiens et des Alaouites. Les Chérifs étaient réputés être imprégnés de la bénédiction divine, la baraka. La croyance populaire leur attribuait des miracles et les gens du peuple demandaient leur intercession pour la guérison de la maladie, la fin de la sécheresse, etc. Parfois même, l'espoir de pouvoir toucher la personne jouissant de la baraka, voire même celui de toucher un objet lui ayant appartenu était considéré par le petit peuple comme un moyen de s'imprégner de sa baraka. Les chérifs bénéficiaient d'une exemption de taxes, de dons privés et publics. Certains jouissaient d'un prestige immense ou étaient de véritables seigneurs féodaux, tout comme dans le cas des Wazzani. On faisait parfois appel à eux pour des questions d'arbitrage. Il va sans dire qu'un bon nombre d'entre eux prétendaient descendre du Prophète et, au cours de l'histoire, il devint très difficile de confirmer ou d'infirmer la généalogie des prétendants. Bien que leur autorité fût grande, il arriva que des sultans autoritaires s'opposassent à eux.

Ajoutons que l'hérédité des qualités des ancêtres est une notion qui existait dans la société berbère, ce qui lui rendit celle de chérif acceptable, surtout si elle était perçue comme étant chargée de puissance numineuse. Par ailleurs, de nombreuses filles ou veuves appartenant à la famille chérifienne alaouite étaient cloîtrées et étroitement surveillées par le Makhzen afin de s'assurer que la pureté du sang du prophète qui coulait dans leurs veines avait été bel et bien préservée.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אוקטובר 2012
א ב ג ד ה ו ש
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
רשימת הנושאים באתר