Une histoire de familles-J.Toledano-Abourbe-Abarbanel

une-histoire-fe-famillesJoseph Toledano

Ecrivain journaliste, conferencier, ne a Meknes, Maroc, en 1938, Monte 1963 a Jerusalem, comme premier delegue du mouvement Oded, il a ete journaliste a Kol Israel

Abourbe

Nom patronymique d'origine arabe. Indicatif d'une ocupation : l'eleveur, compose de l'indice de filiation Abou et du substantif " Rbe " qui signifie l'herbe, le paturage. Si, historiquement, il y a peu d'exemple de juifs bergers, ils etaient par contre tres nombreux dans l'elevage par commandite.

Deuxieme explication toujours basee sur l'origine arabe, Abou Rabia, pere du printemps, et par extension jeune de caractere, vigoureux. Autres orthographes : Abourbeh, Aburet. Au XXeme siecle, nom extremement peu repandu, porte au nord du Maroc – Tanger, Tetouan, Larache et en Algerie, dans l'Oranie

Rabbi abraham Abourbe

Rabbin celebre a Oran, premiere moitie du XIXeme siecle

Rabbi Yosssef Abourbe

1839 – 1919. Fila aine de rabbi Shelomo. Rabbin ne a Tetouan en 1838. Apres une longue carriere d'enseignant dans la capitale du Nord, il monta a Jerusalem en 1905 rejoindre sa famille qui avait immigre une annee avant lui. Il poursuivit a Jerusalem sa carriere dsna l'enseignement jusqu'à sa mort en 1918.

Rabbi Shelomo Aborbe

Fils de rabbi Yossef. Enseignant cekebre a Tetouan ou il fonda la yechiva " Bet Shelomo ". En 1904, il s'installa avec sa famille a Jerusalem ou il poursuivit sa mission d'enseignant au sein de la cimmunaute maghrebienne jusqu'a sa mort prematuree a l'age de 53 ans, en 1916.

Rabbi Amram Abourbe

1892 – 1967. Fils de rabbi Shelomo. Il monta de Tetouan avec ses parents a Jerusalem en 1904 alors qu'il avait 12 ans. Apres ses etydes ala Yechivades Maghrebiens, il fut nomme juge au tribunal de la communaute . Parallelement a son activite dans le tribunal, il se lanca avec succes dans l'exportation vers le Maroc d'articles religieux : phylacteres, tefilin cedrats pour la fete de Soucot, ect…..

Il contribua genereusement a l'edition de nombreux livres de rabbins du Maroc. Il fut ensuite nomme en 1951 grand rabbin de Petah Tikva. Auteur d'un receuil des coutumes religieuses particulieres a la comminaute sepharade de Jerusalem " Netive Am ", en deux volumes ( Jerusalem 1964 – 65 ). Mort a Jerusalem en 1967. Il contribua egalement a l'edition des chefs d'œuvre de deux grands rabbins de sa ville natale : " Ner Hamaarabi " de rabbi Yaacob Malka ( Jerusalem 1935 ) et " Michpate Tsadikim " de rabbi Yaacob Kalfon.

Il trduisit et edita en 1951 le livre d'hommage au fondateur drla Kabbalepratique, Rabbi Itshak Lourie, " Shibhe Haari ", et participa a la nouvelle edition du rituel de prieres de Jerusalem, " Hassidour Hayerouchalmi 

Autre source

ABOURBIA : nom d’origine arabe associant ‘abu (pere ou homme) et rbia à mettre très certainement en rapport avec l’Oum er Rbia le plus long fleuve marocain qui court dans le pays Zaïane,  en plein territoire Zemmour,  dans le nord du Maroc. Donc originaire de cette region du Maroc. 

ABOURMAD : nom d’origine arabe associant ‘abu (pere ou homme) et rmad qui signifie cendres, collecteur de cendres.

Abarbanel

Nom patronymique au sens difficile a cerner, sans doute d'origine hebraique, lie au nom du Patriache abraham, peut etre hispanisation de abraham ben El, Abraham fils de Dieu. Le nom a etet porte par l'une des anciennes et des plus illustres familles juives d'Espagne, se disant descendante directe du roi david et installe dans la peninsule iberique apres la destruction du premier temple.

    Don Isaac Abarbanel fut le dernier dirigeant inconteste du judaisme espagnol a l'heure de son plus grand drame : l'expulsion. Apres l'Expulsin de 1492, plusieurs membres de la famille troverent refuge en Italie et, de la , essaimrent vers Eretz Israel, et pkus tard a Amsterdam, Londres et dans l'Empire Autrichien.

Plusieurs membres de la famille changerent leur nom – trop lourd a porter – au cours des siecles. C'est ainsi que le nom originel de Max Nordau, le plus fidele disciple de Herzl, etait Abarbanel. De meme, la famille Ben barukh, installee au Maroc a la fin du XIXeme siecle, venant de Palestine, pretendait descendre directement de Don isaac et avoir change son nom pour echapper a l'attention publique et aux persecutions. Au XXeme siecle, nom extremement porte par une seule famille au Maroc, a Marakech

Autre source

ABRABANEL ou ABRAVANEL : c’est un diminutif d’Abravan, variante d’Abraham (signifiant en hebreu : ‘ab=le pere, hamon=nombreuses nations) en espagnol.

Don Isaac Abrabanel

Descendant d'une celebre famille de financiers et collecteurs des douanes au service des souverains espagnols, qui avait du fuir l'Espagne pour le Portugal. Don Isaac est ne a Lisbonne en 1437. Apres des etudes talmudiques approfondies, il acquiert la confiance du roi Alphonse V qui le nomme son tresorier. Lors de la prise du port d'Arzila au nors du Maroc par les Portugais, il organisa le rachat de ses 250 juijs vendus comme esclaves.

Apres la mort de son protecteur, son successeur le condamna a mort pur " conspiration ", mais il reussit a s'enfuir en Castille, laissant derriere lui son immense fortune et sa riche bibliotheque. Entre au service des Rois Tres catholiques, il fut charge, avec le riche et Grand Rabbin de castille, Don Abraham Senior, des finances du royaume et de l'approvisionnemnet de l'armee qui recut pour mission la conquete du dernier bastion arabe de Grenade.

La prise de la ville donna le signal de l'exuplsion des juifs d'Espagne qui devait se terminer en septembre 1492, malgre les efforts deseperes de Don Isaac. Il quitta l'Espagne et trouva refuge eb Italie ou il mpurut en1808 aVenise. En plus se son eminent role politique, il fut yn res grand philosophe et a laisse un œuvre consuderable.

Ses commentaires bibliques eurent un grand retentissement aussi parmi ses contemporains juifs que chretiens

Don Levy Abrabanel

Fils de Itshak, descendant directe de Don Isaac. Riche notable de la communaute de Marakech, un des conseillers di roi Moulay Slimane. Sa richesse entraina sa perte : accuse de conpiration, il fut execute en 1830 et sa fortune confisquee au profit du tresor royal

Youdah Abrabanel

Fils de Don Levy, il connut le meme sort tragique de son père. Ayant un besoin yrgent d'argent pour financer sa campagne contre kes Français d'Algerie, et pour venir en aide et atnt que souverain musulman, aux partisans d'Abdel Kader, le sultan Moulay Adekrahman, pourtant bieb dispose envers ses sujets juifs, imposa lourdement Youda qui pretendit ne pas pouvoir payer.

Emprisonne en 1839, il succomba aux tortures tout en continuant a nier cacher un tresor. Le pacha de Marakech, furieux, envoya des gardes fouiller sa maison. Decud de ne rien trouver, ils s’emparerent de sa fille qui était d'une rare beaute. Son fiance tenta de s'y opposer et en desespoir de cause, poignarda sa fiancee por lui eviter la captivite avant de retourner l'epee contre lui-même.

Le lendemain rapporte le rabbin Yaacov Toledano dans son livre : " Ner Hamaarav ", la communaute de Marakech, eploree, enterra les trois membres de la malheureuse famille qui ne se remit plus jamais de ce coup.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 157 מנויים נוספים

מרץ 2013
א ב ג ד ה ו ש
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
רשימת הנושאים באתר