Les juifs de Colomb-Bechar-J.Ouliel

Les juifs de Colomb-Bechar

Et des villages de la Saoura

1903-1962

colomb-becharJacob Oliel

Colomb-Béchar laissa rarement indifférents les explorateurs, aventuriers, fonctionnaires, militaires, commerçants ou simples voyageurs qui eurent l'occasion d'y séjourner. Des événements de tous ordres ont contribué à établir la renommée de notre cité : ce furent, des films (Torrents, l'Escadron blanc…), les richesses du sous-sol et dans les années 1950-1960, bien avant Kourou et la Guyane, les centres d'essais et de lancement des engins spéciaux (missiles Matra et autres, fusées Vesta, Véronique) à Hammaguir.

Les anciens bechariens apprecieront sans doute de voir reconstituer le plan de leur ville, chose rendue possible grace au travail du Cdt Godard, et aux renseignements obtenus a Vincennes (Archives de 1'Armee de Terre).

A qui s'etonnera de ce que des noms de combats ou de militaires aient ete donnes a la plupart des rues de la ville, je rappellerai les conditions et circonstances qui ont preside a sa fondation, en 1903  et qui ont fait que meme le batiment de la gare etait fortifie : le capitaine Debenne fut tue le 8  decembre 1928  pres de Menouarar ; le lieutenant Jaegle, de la Legion, et le lieutenant Ferrand sont tombes en 1908 du cote de Beni Abbes ; le nom de Menabha rappelle les combats du 16  avril 1908  comme El Moungar ceux du 2  septembre 1903   il ne faut pas non plus perdre de vue la vocation meme de cette ville, l'importance de la garnison, le nombre impressionnant de batiments construits et utilises par l'armee : Quartier de la 4° C. S. P. L. E, Camp de la 711° Cie de Transmissions, Camps Canavy, Clavel, Coste, Decaux, Jaegle, Moll, Pasquet, batiments du Genie, Hopital mili- taire, Infirmerie de garnison, Hotel du Territoire, Cercle militaire, Mess des officiers, sans compter le champ de tir, le depot d'explosifs, les magasins a poudre et munitions, la sta- tion d’emission radio, les piscines et villas d'officiers et sous-officiers… «Ville etrange, avec son plan presomptueux et son architecture prematurement vieillie, Bechar est marquee par son destin militaire. (…)Bechar, situee en un point particuliere- ment strategique en bordure du Sahara, est avant tout un nceud de communications, une plaque tournante»'

Les civils qui ont donne leur nom a des rues de Colomb-Bechar sont peu nombreux ; outre Eliahou Benassaya, deja cite, signalons G.B.M. Flamand, le celebre geologue du Sahara qui s'interessa notamment aux mines de Kenadza.

Noms de militaires Noms de personnalites civiles
Avenue (du General) Claverie Rue Isabelle Eberhardt
Rue Revoil Avenue Poincare
Rue Capitaine Vauchez Rue Rene Estienne
Rue Lieutenant Ferrand Rue Flamand
Rue Lt. Jaegle  
Rue Cap. Debenne Autres designations
Rue Cdt. Ceard Avenue du Sahara
Rue Colonel Pein Rue de la Mosquee
Rue CI. Pierron Rue de Taghit
Rue colonel Fabien Rue de Kenadza
Rue Pierre Marty  
Rue Perligny Rue du ksar
Rue Romero Place Lutaud (PL des chameaux)
Rue Albert Perez Place du Tanezrouft
Place du Marche Place de la Mosquee
  Avenue de la gare
Combats Rue Mazeres
Rue Sidi-Brahim  
Rue El Moungar  
Rue Menabha

 

Trois communautees, trois quartiers un equilibre fragile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ville de Colomb-Bechar, comme son nom double pouvait le laisser supposer, etait par- tagee en deux : la ville «europeenne» fondee en 1903  sur la rive droite de l'Oued Bechar, et la partie «arabe», sur la rive gauche, le toponyme Colomb-Bechar etant forme a partir de Bechar, nom arabe donne a la localite primitive vers laquelle avait ete envoye un messager (bchar, en arabe) ; a ce toponyme ancien a ete substitue puis adjoint le nom de Colomb, le premier officier, qui s'illustra dans cette region, en luttant contre les Doui Mne' vers 1852, pres d'Abadla, et en 1857  contre les Oulad Djrir, aux environs d'Ouakda. Edmonde Charles-Roux a joliment romance des circonstances de la conquete de la petite localite par les Francais : 

"[Bechar], ce nid de brigands dont les successifs gouverneurs de I'Algerie avaient tous reclame I'occupation. Mais en vain…

Lyautey n'avait pas hesite. Tenir Bechar, c'etait tenir le carrefour des routes entre le Haut-Guir et le Tafilalet; c'etait aussi interdire a Bou Amama I'acces aux oasis du Touat et du Soudan. Le nouvel avant-poste jut-il baptise au champagne ? Le nom qu 'il recut fut Colomb, en hommage a un officier superieur tue dans les parages […] Lorsque le gouverneur Jonnart recut de Paris I'ordre de faire immediatement evacuer ce poste, parce que Bechar etait en territoire marocain, il put repondre : «Nous ne sommes pas a Bechar, mais a Colomb ".»

Racontes des decennies plus tard, les faits pourraient relever du merveilleux… De fait, rien n'etait vraiment simple a Colomb-Bechar et la juxtaposition des quartiers avait aussi une histoire, bien differente de ce qui pouvait s,imaginer a travers la forme de coexistence observee entre les groupes de peuplement successifs.

La population arabo-musulmane, indigene et dominante jusqu'a l'arrivee des Francais, ne s'etait resignee ni a la defaite de Bou'Amama, son heros, ni a la soumission des tribus guerrieres (Oulad Jrir, Doui Mne'..), soudain reduites a vivre pauvrement de culture et d'elevage. Desheritee le plus souvent, la population musulmane de Bechar etait partagee entre le quartier de DEBDABA (petits jardiniers), sur la rive gauche de YOued Bechar, le vieux Ksar de Tcigda, ancetre de Bechar, ou vivaient les boutiquiers, et le ravin de la CHA'BA, sorte de bidonville surpeuple au coeur de la cite.

La partie europeenne, se trouvait au nord, a proximite des nombreuses constructions a usage militaire : c'etaient les petites villas de style mauresque des officiers et sous-officiers. Les autres europeens, une majorite d’employes au chemin de fer, vivaient dans de petites maisons, pres des gares.

Quelques rares fonctionnaires completaient cet ensemble assez disparate, mais qui, peu a peu, allait tendre vers une forme d'homogeneite, sous l'influence de facteurs unificateurs positifs (la religion catholique et le mode de vie) ou negatifs (une certaine distanciation par rapport aux groupes juif, bien sur, et surtout musulman).

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 140 מנויים נוספים

נובמבר 2013
א ב ג ד ה ו ש
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
רשימת הנושאים באתר