Tehila le David.R.D.Hassine

תהלה לדוד 001Andre E.Elbaz et Ephraim Hazan

Comme tous les maitres qu'il a cotoyes, David Ben Hassine veut bientot ecrire, lui aussi. Dans son introduction au Sefer Migdal David, il explique qu'a l'exemple d'auteurs encore plus jeunes que lui, il a commence a rediger son ouvrage des l'age de 17  ans. Passionne par ses etudes, "plus delectables que le miel" (f. 35a), il transcrit le soir, en hebreu, son interpretation originale des textes sacres, ainsi que ses reflexions sur ce qu'on lui a enseigne pendant la journee, tres probablement en arabe, la langue vernaculaire des juifs de Meknes: "Tout ceci, je l'ai appris aujourd'hui, … 4 Sivan de l'annee 5504  de la Creation 15 mai 1744  ici dans la ville de Meknes – Que Dieu la protege!", note-t-il. Un autre jour, il ne peut cacher son enthousiasme juvenile

״שהצדיקים עניים בעה׳ז [בעולם הזה] ומדוקים ביסורין. צדיק ורע לו, רשע וטוב [לו]… .41 אשריו לאדם שיסורין באים עליו… אין לך אדם צדיק בלא יסורין, שכל צדיק מוכרח שיהיו לו

.(b־ibid., fs. 30a) יסורין״

״אמר הצעיר דוד ן׳ [בן] אדוני אבי המשכיל ונבון כה׳ר [כבוד הרב רבי] אהרן ן׳ חסין יצ׳ו .42 [ישמרהו צורו ויחיהו], בראותי בחזותי אנשים צעירים ממני לימים אשר חיברו ספרים רבים מחודשים … חברתי זה הם׳ [הספר] הנחמד בימי חורפי, ואני בן טו׳ב שנה.״

Une telle precocite n'est pas inhabituelle chez les rabbins marocains. Moshe Edder'i      (1775-1842), le correcteur des epreuves deתהלה לדוד  preche dans une synagogue de Meknes des l'age de 14  ans, et a Londres a l'age de 16  ans (cf. ספר יד משה [Amsterdam, 1708], pp. 23a et 25b). Plusieurs autres contemporains de David Ben Hassine manifestent une maturite exceptionnelle pendant leur adolescence. Ainsi, 'Immanouel Serero II, de Fez, redige son commentaire sur la Haggada de Pessah a 14 ans (Yossef Ben Naim,מלכי רבנן,  Mimoun Berdugo, de Meknes, ecrit son commentaire du traite talmudique Kiddoushin a 17 ans (ibid., p. 81b). En 1811, 'Amram Elbaz, de Sefrou, compose un piyyout celebre sur la fete de Pourim a l'age de 12 ans, et son ouvrageבנין נערים  (Jerusalem, 1980) a l'age de 18 ans

"J'ai ecrit tout ce qui precede le jour meme [ou je l'ai appris], afin de ne pas Toublier"! Mais, des le debut, en1744  le jeune David Ben Hassine insiste longuement sur l'originalite de son oeuvre, et sur sa volonte d'innover. II assure ses lecteurs qu'il ne se borne pas a reproduire les cours reguliers de ses maitres, ni meme a presenter dans son livre de simples comptes rendus de ses lectures. II affirme avec force qu'il s'est applique a offrir des exegeses et des commentaires personnels. Si ces derniers rappellent parfois des exegeses connues, il s'en rejouit, car cela signifie que sa pensee a tout simplement rejoint celle des grands maitres qui l'ont precede! David Ben Hassine reprend ici a son compte une tres belle tradition rabbinique: comme tous les sages d'Israel, il se croit litteralement investi de la mission sacree de transmettre la parcelle de l'enseignement divin qui lui a ete revele au Sinai'.

Un heureux concours de circonstances nous a permis de decouvrir le manuscrit du Sefer Migdal David chez un descendant direct du poete. II s'agit d'un manuscrit autographe de David Ben Hassine, inconnu de la plupart des lettres marocains et des chercheurs modernes. Ainsi, Ya'aqov Moshe Toledano, s'il fait allusion a l'existence de droushim (homelies) de David Ben Hassine, parce qu'ils sont mentionnes par diverses autorites rabbiniques, ignore totalement l'existence de cet ouvrage. De son cote, Yossef Ben Naim cite ce manuscrit dans son dictionnaire biographique et bibliographique, mais il l'intitule incorrectement Migdol David, et donne une description erronee du contenu, ce qui signifie qu'il ne le connait que par ou'i-dire, et, en tous cas, qu'il ne l'a jamais vu lui-meme

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 159 מנויים נוספים

פברואר 2015
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
רשימת הנושאים באתר