Histoire des juifs de Safi-B. Kredya

PAGES DE L'HISTOIRE DES JUIFS DE SAFI

L'histoire des juifs de Safi (Maroc) est aussi ancienne que la ville elle-même. Malheureusement, peu d'écrits lui ont été consacrés. Brahim Kredya, historien amoureux passionné pour sa ville, tente de relancer la recherche dans ce domaine. Il ne cesse de piocher dans les rares manuscrits disponibles et incite les chercheurs à suivre son exemple.

On aurait dit que ces expressions amicales auguraient de l'etablissement d'un nouveau pacte de paix et de comprehension entre les Portugais et les cherifs saadiens. Et effectivement cette volonte fut satisfaite au mois de septembre de l'annee 1526, suite a la signature d'un accord a ce sujet. II y est precise : « Que quiconque a connaissance de notre ecrit… sache que Moiday Ahmed Laaraj, Dieu I'assiste et perpetue son regne, a accepte toutes les conditions rapportees par Abraham Ben Zmirro de la part du capitaine Garcia De Melo… et Moulay, Dieu I'assiste, a abandonne les obligations des taxes relatives aux douars et aux frontieres appartenant aux gens de Safi. Ils pourront labourer en ville, a Tazrout, a Beni Maguir, a Haddou (ces localites forment les frontieres des Chretiens). Ils pourront les cultiver ou y habiter, acheter tout ce que notre religion n'interdit pas a la vente dans le pays de notre Seigneur, Dieu I'assiste. Abraham Ben Zmirro est temoin de cela et c'est grace a lui que cela s'est fait. Ces conditions sont acceptees et signees pour une annee.

II ressort de ce pacte qu'Abraham a joue un role efficient dans !'elaboration de ces conditions et de ces engagements, puisqu'il a obtenu pour les Portugais une paix totale. II a etendu leur colonisation a l'interieur des campagnes de Safi, a soustrait les tribus et les douars de l'autorite des Saadiens, et plus encore, il a fait lever le siege des Portugais, leur permettant de commercer avec les regions sous l'autorite saadienne, dans toutes les marchandises « qui ne sont pas interdites par l'islam

Ce devouement des Oulad Ben Zmirro au service du colonisateur portugais suscite l'etonnement et pose plus d'une question pour comprendre leur mystere. En effet, etait-il raisonnable qu׳Abraham et ses freres se fussent precipites dans le giron des Portugais, servant leur occupation d'une partie du pays Doukkala, avec un devouement privilegie, eux qui, depuis peu de temps encore, au Portugal, subissaient avec leur coreligionnaires, les persecutions, les tortures et les assassinats ? Comment pouvaient- ils faire confiance a ces conquerants fanatiques alors qu'ils les avaient chasses de leurs maisons, et ne pas craindre leur traitrise et leurs mauvais traitements dans un proche avenir ?

L'entraide entre les Ben Zmirro et les Portugais n'est pas un cas exceptionnel reserve a cette seule famille : il s'agissait d'un comportement largement repandu, choisi par la plupart des juifs iberiques qui s'etaient installes dans les ports occupes. A notre sens, nous pouvons justifier cela par les facteurs suivants :

– Le desir de mettre fin a la sensation d'etre etranger et perdu, du fait que les juifs emigres furent rejetes par leurs freres de religion originaires du Maroc qui les qualifierent de renegats. Ils les avaient consideres comme des forasteros (etrangers) et des roumis. Cette situation obligea meme certains d'entre eux a regagner la peninsule iberique. Ceux qui resterent, s'etaient jetes dans les bras de ceux qui, peu de temps avant, avaient ete leurs concitoyens, leurs juges et leurs tortionnaires.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

דצמבר 2013
א ב ג ד ה ו ש
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
רשימת הנושאים באתר