NAISSANCE D'UNE COMMUNAUTE 1906-1920

Colomb-bechar-femmes juivesNAISSANCE D'UNE COMMUNAUTE 1906-1920

La communauté juive de Colomb-Béchar s'est constituée à partir de ce fonds primitif, auquel se sont ajoutés les apports successifs de Juifs venus, en plus ou moins grand nombre de diverses régions du Maroc (surtout du Tafilalet), de l'Algérie et d'autres par­ties du Sahara.

  1. LE GROUPE TAFILALIEN

Les débuts à Colomb-Béchar des Juifs venus du Tafilalet ne durent pas être très faciles, d'abord parce qu'ils commencèrent par vivre sous la tente, près de l'Oued Béchar, avant de construire des cases en bois, ensuite à cause de réels dangers, comme peut en témoi­gner ce récit :

«L'an dernier, lors de l'occupation de Béchar, Taagda et Ouagda ont éte razziés par le Makhzen et les tirailleurs. Cette année, rassurés un peu, les ksouriens reprennent coura­ge et retournent à leurs jardins.

Le centre de Collomb n 'est encore qu 'un chaos de bâtiments inachevés, de matériaux et de plâtras. Encore les laides «cagnes» en toub, blanchies à la terre blafarde, de tous les postes du Sud-Oranais, réduits construits à la hâte pour abriter les cantines, le bric-à- brac et les cafés maures.

L'élément espagnol et juif domine, ici comme partout ailleurs, dans le pays nouveau.» Les Juifs nouvellement arrivés se sont installés le long de la palmeraie, sur la rive droite de l'Oued Béchar ; ce fut le début de ce qui deviendra le quartier juif{ sans être à pro­prement parler un mellah, puisqu'il n'était pas clos). Les nouveaux arrivés ont négligé l'esthétique architecturale, soucieux qu'ils étaient de pouvoir avant tout donner un abri à leur famille et aux réfugiés tafilaliens chassés par une nouvelle persécution : Rabbi David Abehssera, dit Babadou, fut le héros malheureux, à Rissani, d'un épisode tragique de l'histoire de la région. Les armées françaises venaient d'occuper le Tafilalet, d'où la dissidence, menée par 'Ngadi les harcelait. Moulay Bel Kacem souleva les habi­tants, sans succès ; persuadé que les Français étaient renseignés par les Juifs, il voulut s'en prendre à leurs biens et les terroriser, avant de menacer de destruction la commu­nauté de Rissani ; Babadou s'offrit alors en otage pour sauver ses ouailles ; il sera impi­toyablement assassiné le jour de Chabbat, 14 Kisslev 5680 (6 décembre 1920). Ce dénouement tragique allait pousser le reste de la famille Abehssera à quitter la région, donnant ainsi le signal du dernier exode massif de Juifs tafilaliens vers Colomb-Béchar. L'installation de la France au Maroc, en 1912, ne mit pas fin aux injustices dont étaient victimes les Juifs marocains, comme peuvent le montrer certains incidents :

En 1912, les émeutes de Fès firent des centaines de victimes juives et près de 10 000 sans-abri, le Mellah ayant été incendié.

Notre région ne fut pas épargnée :

Dans les années 1920-1925, Aaron Benichou, enlevé par la dissidence (le Jich), et réduit en esclavage par ses ravisseurs. Il ne sera libéré qu'au bout d'une année, quand il eut en quelque sorte la chance d'être vendu sur un marché : comme toujours dans ce genre de situation, les Juifs se faisaient un devoir de racheter un coreligionnaire pour lui rendre sa liberté.

Un autre Benichou fut, à la même époque, assassiné par le débiteur musulman auquel il était venu réclamer son dû.

Il faut dire que l'agitation des tribus marocaines allait se prolonger dans la région de Colomb-Béchar jusqu'en 1928 et aux opérations engagées après l'assassinat du Général Claverie.

Yehuda Oliel, petit commerçant qui n'avait jamais quitté Bou 'Anane, son village natal du Tafilalet, situé à 120 km de Colomb-Béchar, fut enlevé par le Jich, en 1959 et torturé durant plusieurs mois ; il sera libéré contre rançon et rendu aux siens dans un état tel, que le reste de sa vie ne fut qu'une interminable agonie.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

ינואר 2016
א ב ג ד ה ו ש
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
רשימת הנושאים באתר