Berdugo-Derniere partie

une-histoire-fe-familles
  1. YAACOB: Fils de rabbi Shélomo. Né à Meknès, il fonda en 1939 avec rabbi Shalom Messas la société pour l'impres­sion et la diffusion des chefs-d'oeuvre des rabbins meknassis du passé, "Dobeb shifté yéchénim" qui devait publier au total une dizaine d'ouvrages. Il édita également l'oeuvre de son père "Dé hacheb". Nommé rabbin au Tribunal rabbinique de Casa­blanca, il resta à son poste jusqu'à sa mort en 1959. Il n'a pas laissé d'enfants. ELIEZER (1887-1958): Fils de rabbi Shélomo. Commerçant et pieux notable de la communauté de Meknès, il joua un grand rôle dans la réforme et propagation des études religieuses, présidant la commission pédagogique du Talmud Torah Em Habanim inauguré en 1927 et contribuant en 1945 à la fondation de la yéchiva supérieure Keter Torah. Membre du Comité de la Communauté, il était connu pour son courage. Ainsi il n'avait pas hésité à apostropher le pacha quand après le pogrom d'Oujda en juin 1948, il avait convoqué les chefs de la communauté pour les mettre en garde contre toute action et toute pensée envers Israël, lui lançant; "Nous avions cru que nous avions été appelés pour recevoir des condoléances et à la place on nous sert des menaces ! " 

JOSEPH (1899-1968): Fils de rabbi Shélomo. Grand commerçant et notable de la ville de Meknès. Entré dans la vie publique comme membre puis président de l'Association des Anciens Elèves de l'Alliance, il présida sans discontinuité la communauté de 1935 à sa mort. Pendant la guerre, avant la promulgation du Second Statut des Juifs en août 1941, il sollicita l'intervention du pacha de la ville en faveur des Juifs auprès du sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, en sacrifiant devant les mosquées de la ville des taureaux, selon la coutume traditionnelle d'imploration, "zouagha". Il fut un des quatre présidents des communautés à envoyer la célèbre lettre au Résident général Noguès (voir Hayot). Après la guerre, sa gestion était citée en exemple dans tout le Maroc. Il fonda à la fin des années quarante la première synagogue en ville europénne où il s'était fait construire une belle villa. Il joua également un rôle national consi­dérable comme membre du Conseil du Gouvemment, organe consultatif à compétences économiques crée par le Protectorat et dans lequel l'élément israélite fut admis en 1947. Rapporteur du budget des Postes, il préconisa d'aligner les salaires des employés marocains à ceux de leurs homologues français. Les postiers marocains s'en souvinrent en 1955 quand il fallut désigner un ministre juif des P.T.T, et soutinrent sa candidature. Après la démission de Jacques Dahan du poste de secrétaire du conseil des Communautés en novembre 1955, car trop compromis avec les Français, il fut élu pour assurer l'intérim, mais sur la pression des partis ce fut David Amar qui fut en fin de compte choisi pour lui succéder.

 

JOSEPH: Président de la communauté de Rabat dans les années quarante et cinquante.

 

ELIE: Fils de rabbi Shélomo. Com­merçant et notable de la communauté de Meknès, le premier juif du Maroc à décrocher le diplôme de pilote d'avion. Représentant de la communauté au Congrès Juif Mondial. Mort en 1975.

 

 YAACOB: Fils de Shélomo. Commerçant et notable de la communauté de Meknès, il succéda à son frère Joseph comme président de la communauté dans les armés 1970 et après son retrait fut nommé Président d’honneur à vie.

 

  1. RAPHAËL (1919-1981): Fils de rabbi Abraham qui fonda une synagogue au Nouveau Mellah de Meknès qui portait son nom. Après des études auprès de rabbi Itshak Sebbag, il fut nommé en 1953 président du Tribunal Rabbinique de Safi, puis président du tribunal rabbinique de sa ville natale. Sioniste convaincu, il contri­bua à l'oeuvre de la alya ouverte et clandestine, avant de monter à son tour en Terre Sainte en 1968. Nommé rabbin de Kiriat Hayim, près de Haïfa, il se consacra à la publication des oeuvres de son ancêtre rabbi Raphaël: "Charbit Hazhav" en deux volumes (Jérusalem, 197578־) "Pitouhé Hotam", tome I (Jérusalem, 1980) et "Mé-Ménouhot" (Bné Berak 1981).

 

ALBERTO: Fils de Shimon. Né en 1906 à Tanger d'une famille originaire de Meknès. Arabisant et hispanisation, il fut à ses débuts rédacteur de "La Dépêche Marocaine", le plus ancien quotidien fran­çais du Maroc. Il fut ensuite secrétaire à Tanger de sultan déchu Moulay Abdel Aziz, puis secrétaire personnel du tout- puissant pacha de Marrakech, Haj Thami El-Glaoui, qui joua le rôle que l'on sait dans la déposition du sultan Mohammed V. Dans ses mémoires, "Les dessous d'une conspiration" (Nice, 1996), il raconte la conspiration qui aboutit à l'exil du sultan légitime, menée selon lui par des hommes d'affaires français, et au premier rang Boussac. Bien qu'il fut opposé à cette ligne de son patron, il en fut une des premières victimes, contraint de fuir le Maroc en 1956, en y laissant tous ses biens, à l'approche de l'indépendance pour s'installer à Nice où il continua à militer dans les oeuvres communautaires.

 

JACQUES: Administrateur de sociétés né à Meknès, mort à Paris. Il fut parmi les fondateurs de l'Union des Juifs du Maroc en France et du Centre du Judaïsme marocain, le Centre Rambam.

 

DAVID: Fils de Joseph. Homme d'affaires né à Meknès. Ancien Président de l’Asso­ciation des Anciens Eleves de la ville. Au moment de l’indépendance il déploya une grande activité pour le rapprochement judéo-musulman dans le cadre du "Wifaq" fondée par l'Istiqlal, se distinguant par une acerbe critique du séparatisme juif. Après une brève carrière dans l'Administration, il se lança dans les affaires privées au Maroc avant de s'installer à Paris.

 

SERGE: Fils de Joseph, il porte le nom de son grand-père, rabbi Shélomo. Premier Juif après l'expérience du DR Benzaquen à la veille de l'indépendance à entrer au gouvernement, comme ministre du Tourisme, de 1993 à 1995. Licencié en Droit de la Faculté de Droit de Paris, il dirige avec son frère Jacques une importante entreprise de travaux publics. Sur le plan communautaire, il est Sécrétaire général du Conseil des Communautés Israélites du Maroc, après avoir été longtemps le chargé des relations Extérieures de cet organisme sous David Amar auquel il succéda. Président du Rassemblement Mondial du Judaïsme Marocain.il forma, avec Robert Assaraf, la délégation du Conseil des Communautés Israélites du Maroc au transfert des corps des 22 naufragés du "Pisces-Egoz" pour être enterrés au Mont Herzl à Jérusalem en décembre 1992, geste humanitaire du Roi Hassan II envers le nouveau chef du gouvernement israélien Itshak Rabin.

 

 MARIE BERDUGO-TAMARI: Educa­trice, elle fut une des pionnières de l'action féminine dans sa ville natale Meknès. Elle milita dans le mouvement de jeunesse pionnière Dror jusqu'à sa alya au début des années cinquante au kiboutz Dorot dans le nord du Neguev.

 

YAACOB: Administrateur israélien né à Lod en 1965 dans une famille originaire de Rabat. Directeur de la Loterie Nationale et conseiller personnel du ministre des Affaires Etrangères David Lévy, un des hommes forts du parti Guesher. Il doit le début de sa carrière à Maxime Lévy, maire de Lod, qui l'appela à ses côtés quand il était le président de l'associations des autorités locales et municipales d'Israël.

Berdugo-Derniere partie

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אוגוסט 2020
א ב ג ד ה ו ש
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
רשימת הנושאים באתר