Un siècle de floraison culturelle-Joseph Toledano

meknes
meknes

RABBI YEHOUDA BERDUGO (1690 1744)

Fils de rabbi Yossef. Enseignant de grand talent, il succeda a son parent maitre rabbi Moshe Toledano comme membre du tribunal ou il siegea a cotes de rabbi Yaacob Toledano et de rabbi Moshe Dahan. Malgre sa disparition prematuree, il a laisse une oeuvre considerable. Son livre le plus com Mayim amoukim, qui est comme son nom l'indique – les eaux profondes – commentaire tres approfondi de la Torah devait etre initialement publie avec le livre de son "ami dans l'ame", le celebre rabbi Haim Ben Attar, Or Hayaim mais ce dernier avait ete contraint de quitter precipitamment le Maroc sans avoir recupere le manuscrit. Bien qu'il n'ait ete imprime pour la premiere fois qu'en 1910, ce livre avait connu un succes prodigieux, plusieurs rabbins lui ayant consacre analyses et commentaires dont rabbi Abraham Lasry d'Alger, rabbi Moshe Elbaz de Sefrou, rabbi Yaacob et rabbi Yossef Berdugo de Meknes. Dans l'edition de 1975, rabbi Yaacob Zrihen de Tiberiade le comparait ( parait a… Maimonide !

RABBI MORDEKHAY BERDUGO (1715 -1762)

Surnomme Harav Hamarbitz ou Mordekhay Hatsadiq; son frere cadet, fut pendant vingt ans membre du tribunal rabbinique. Gendre et disciple de rabbi Moshe Berdugo; harav hamasbir Auteur d'un commentaire biblique connu Parachat Mordekhay imprime pour la premiere fois en 1948 et d'autres ouvrages non publies. Un des ses fils, rabbi Raphael sera la figure dominante du XlXeme siecle comme nous le verrons au chapitre suivant.

RABBI SHMOUEL DE AVILA (NE EN 1688)

Fils de rabbi Itshak, il fut le disciple de rabbi Yossef Bahtit et de rabbi Haim Ben Attar, le Vieux de Sale au cours de son sejour a Meknes. Ayant fait fortune dans le commerce international, il entra en conflit avec la communaute de Meknes qui exigeait de lui une grande contribution comme impots en fonction de sa fortune comme negotiant international, alors que lui se prevalait de sa qualite de talmid Hakham pour obtenir une dispense d'impot. Suite a ce differend, il s'installa a Sale puis a Rabat ou il fonda la plus illustre famille de rabbins de la ville. Dans son livre Keter Torah (Amsterdam, 1734), il defend notamment la cause des rabbins qui doivent etre exemptes d'impots quelle que soit leur fortune. Il a laisse deux autres livres Ozen Shmouel (Amsterdam, 1715), recueil de ses sermons et Meil Shmouel, commentaires, restes manuscrits.

RABBI MOSHE DAHAN

Fils de rabbi Yaacob, ne a Meknes dans une illustre famille de rabbins du Tafilalet.

A la mort de rabbi Moshe Berdugo en 1731, la communaute le fit revenir de Fes pour presider le tribunal: Un des notables de la ville; Aharon Benharrosh, lui fit don d'un terrain pour construire sa maison et sa synagogue et les autres notables se cotiserent pour en couvrir les frais. Ascete d'une grande piete, il fut considere avec son frere rabbi Mimoun comme "les deux colonnes sur lesquelless repose la Torah". Poete fecond, une des quinot, lamentations est entree dans la liturgie des synagogues de Meknes dans le rituel des prieres de la periode de ben hametsarim precedant le deuil de Ticha Beab. De meme son poeme en l'honneur du shabbat Meborakh shabbat chante les vendredis soirs. Sa mort en 1737 marqua fortement les esprits; coincidant avec une nouvelle attaque du mellah; interpretee comme la disparition d'un des remparts protecteurs de la communaute.

RABBI DAVID HASSINE (1727 -1792)

Plus grand poete en langue hebra'ique de l'histoire du Maroc, rabbi David Hassine a ete le chantre des heures de joie et des malheurs cette periode si troublee de l'histoire de la communaute ou malgre les exactions politiques la creation intellectuelle ne s'est pas tarie.

Ne l'annee de la disparition de Moulay Ismael et le debut des trente ans de guerres de succession, sa vie s'acheva en meme temps que celle du plus sanguinaire des sultans, Moulay Yazid, surnomme dans la litterature rabbinique Hamezid, le malfaiteur.

Ne dans une famille de lettres aisee, son pere rabbi Aharon, bijoutier; fut ruine dans le sac du mellah en 1728. II avait confie en garde a un certain Ha'im Toledano une cassette en argent, une ceinture et cinq poignards d'apparat, tous emportes par les pillards. Malgre cela, il assura a son fils une tres solide formation talmudique sous la direction du plus grand maitre de l'epoque, rabbi Mordekhay Berdugo, surnomme Hamartbitz, qui en signe d'appreciation pour son meilleur disciple lui donna sa fille en mariage. Passionne par les etudes, y compris de la Kabbale, parfait talmid hakham, rabbi David redigea l'epreuve de son premier livre, qu'il se proposait de completer plus tard, a l'age de 18 ans, Migdal David, qui ne devait jamais etre publie. Mais sa grande passion fut la poesie dans la tradition des grands maitres de l'ecole espagnole. Son hebreu biblique est enrichi d’emprunts a la litterature liturgique, a la langue rabbinique, a l'arameen et accessoirement a la Kabbale. II sut adapter la langue aux circonstances, ayant recours a des neologismes originaux et hardis et a d'astucieux jeux de mots. Vivant difficilement de son art poetique, il s'acquit une grande notoriete de son vivant au dela des frontieres de Meknes par ses visites dans toutes les villes du Maroc a la recherche de mecenes. A Gibraltar, il decouvrit avec emerveillement la musique classique europeenne, s'etonnant comment les musiciens peuvent en meme temps jouer de leurs instruments et lire les notes ! Des 1782, il chercha en vain a publier ses poemes qu'il avait regroupes en recueil. Mais ce n'est qu'en 1789 que le grand negociant anglais originaire de Meknes, Salomon Sebbag, qui avait pris sur lui de le faire imprimer avec le soutien d'autres donateurs – dont trois grands commercants de Mogador; Yehouda Guedalia, Meir Cohen Macnin et Itshak Attia – apporta le manuscrit a Amsterdam. Les difficulties d'impression furent si grandes que le livre ne devait paraitre qu'en 1807, quatorze ans apres la mort du poete. Le difficile travail de transcription avait ete fait grace au concours providentiel d'un correcteur originaire de Meknes; Moshe Dery (1775 -1842). Ce dernier a l'instar de nombre de ses compatriotes; avait fui Meknes en 1793 pour Londres et ensuite Amsterdam. Le recueil parut sous le titre de Tehila ledavid, Gloire a David, precede des prefaces -recommandations des plus grands rabbins de Meknes de son epoque, dont son beau -frere Raphael Berdugo, son gendre Binyamin Elkrief, de rabbi Moshe Maimran, et des rabbins de Fes et de Marrakech. Le livre connut une grande diffusion et devint rapidement introuvable au Maroc, recopie a la main pendant des generations, jusqu'a sa reedition a Casablanca par un de ses descendants, rabbi Abraham Hassine, en 1931. Une nouvelle edition critique a paru a Jerusalem en 1999, oeuvre des professeurs Ephraim Hazan de l'Universite de Jerusalem et Andre Elbaz de l'universite d'Ottawa, a laquelle nous empruntons la traduction en frangais des poemes. Nombre de ses poemes sont entres dans la liturgie des synagogues marocaines et dans les recueils de bakachot, dont l'hymne a Tiberiade Ohil yom yom estahe (Tous les jours, rempli d'espoir, je souhaite ardemment voir la ville) ou ete adoptes egalement par les commu- nautes sefarades d'Orient.

Par les themes choisis, il chante les aspirations collectives de la communaute; le cycle de sa vie quotidienne, le cycle de la vie juive de la naissance a la mort et les rejouissances des fetes liturgiques et familiales; ses epreuves quotidiennes et ses espoirs. Ses lecteurs s'identifiaient avec ses propres souffrances de la durete de l'exil en cette periode de persecutions et de famines

 

Dans mon exil, la poesie s'est tarie sur mes levres

Souviens toi mon Dieu de ma pauvrete et de mon

Denuement, carje n'ai plus rien.

Ma douleur a grandi, je n'en peux plus. Des jours sont venus, que je n'ai plus le gout de vivre

La malediction de chaquejour est encore plus terrible

Que celle du jour precedent…

Nous avons vu les tourments qui precedent l'ere messianique,

Mais le Messie ne s'est pas empresse de venir a nous.

Nous 1'avons attendu tous les jours Avec amour, avec passion.

 

La poignante complainte sur la persecution de Moulay Yazid est restee celebre :

En l'an 5500, la gloire de Meknes a ete aneantie;

Dieu fit surgir un demon qui y fit soudain irruption pour la devaster.

La horde des pillards est entree dans la ville;

Les propheties du prophete Elie

Sur la Terre d'Israel

Dieu les a toutes realisees (a Meknes)

Sans aucune exception

 Pourquoi cette grande colere contre nous ?

Des pillards en vagues successives

Nous denuderent comme on tond

Les chevres d'un an et les brebis….

Je pleurerai tous les jours

Les ecrits (detruits) de nos sages

Ils n'ont pas de prix

Ces ouvrages de commentaires et d'exegese…

Le malheur et l'affliction ont frappe (les Juifs du Maroc)

Si nombre d'entre eux ont abjure leurfoi

D'autres sont morts en martyrs

Pour sanctifier le Tout –Puissant

 

Mais parallelement l'espoir de la delivrance prochaine, du retour dans la terre des ancetres, dans Tiberiade reconstruite, est omnipresent:

 

Rassemble mes disperses, mes expulses Dieu Tout -Puissant

Accorde ta misericorde a Tes enfants

Qui demeurent dans les tenebres de l'Exil

En leur envoyant le Liberateur

Le Messie relevera bien haut l'etendard de Judah

Et deviendra notre souverain.

Les impies trembleront devant lui, reduits au silence

Alors nous briserons les chaines qui nous entravent

 

 Son plus proche disciple, rabbi Shelomo Halioua, dont l'oeuvre reste encore presque inedite, eut une carriere aussi aventureuse que son aine, voyageant de ville en ville a la recherche de genereux mecenes. II composa plusieurs elegies sur la famine et les persecutions de Moulay Yazid. II pleura la mort de son maitre.

 

Un siècle de floraison culturelle-Joseph Toledano

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 182 מנויים נוספים

יולי 2021
א ב ג ד ה ו ש
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
רשימת הנושאים באתר