Une histoire de familles-J.Toledano-Aflalo

 

une-histoire-fe-famillesJoseph Toledano

Ecrivain journaliste, conferencier, ne a Meknes, Maroc, en 1938, Monte 1963 a Jerusalem, comme premier delegue du mouvement Oded, il a ete journaliste a Kol Israel.

Diplomate au Ministere des Affaires etrangeres, chef de cabinet du Ministre des Affaires etrangeres, chef de cabinet des P.T.T charge d'information a l'Organisation Sioniste Mondiale.

Auteur de 8 livres sur l'histoire et le patrimoine culturel du judaism nord-africain en general et marocain en particulier, en francais et en hebreu.

Aflalo

Nom patronymique d'origine berbere, sans doute indicatif d'une origine. Le ksar fortifie d'Afelilo, dans la vallee de l'oued Outat dans le Sous, au sud du Maroc, autrefois a forte population juive formee, selon certaines sources, par des Berberes convertis au judaisme aux premieres siecles de l'ere chretienne, avant la conqutete arabe

David Corcos confirme cette explication ajoutant que le nom du village d'Oufran, dans le Sous, considere traditionnellement comme ayant abrite la premiere communaute juive de l'histoire du Maroc, deriverait de Afelilo, terme berbere designant les villages juives fortifies dont il restait encore au debut de ce siecle quelques ruines.

Effectivement, les Aflalo furent parmi les premiers habitantsjuifs connus du village d'Oufran dans l'Anti Atlas, au sud est de Mogador. Le rabbin Eisenbeth en donne une autre interpretation avec la meme origine berbere : desert sans eau, et y trove un rapprochement avec la region du Tafilalet, dont  deriverait le nom.

Cette hypothese ne resiste pas a l'examen phonetique ni demographique ; il n'y a historiquement pas detrace de cette famille dans cette region du sud est du Maroc. Au milieu du XIXeme siecle, quelques membres  de cette garnde famille du Sous ont emigre vers l'Algerie, l'Angleterre et le Bresil – Amazonie .

Une descendante de la famille, habitant les Etats-Unis, Jacqueline Huhem. A etabli un arbre genealogique detaille d'une des branches de la famille , celui des descendants de Jacob Aflalo et de Hanna Assouline, maries a Fes en 1860.

Cette branche de la famille Aflalo de Fes s'était illustree au XIXeme siecle comme bijoutiers et joalliers de la cour imperiale. Au XIX ieme siecle, nom moyennement repandy, porte au Maroc – Fes, Sefrou, Rabat, Mogador< marrakech, Tanger, Ouarzazay, Agacir, Casablanca – et en Algerie – Oran, Mascara.

Rabbi Messod Aflalo

Rabbin enterre dans le cimetire d'Oufran, longtemps consudere – a tort – comme le pkus antique lieu se sepulture juif du Maroc, remontant aux premiers siecles de l'ere chretienne. C'est ainsi que la date de deces indiquee sur sa pierre tombale est 653.

L'erreur vient qu'on a oublie que, bien souvant dans la datation hebraique ancienne, on omettait le millenaire et qu'en fait, il faut lire 1653 et non 653

Rabbi Mimoun Aflalo

Dirigenat de la communaute juive de la Zaouia du Dlila dans le Tadla, au sud du Maroc, alors reputee pour sa richesse. Dans la lutte sans merci contre le pouvoir des confreries religieuses, le fondateur de la dynastie Alaouite, le sultan Moulay Rachid, decida vers 1666 de rase la ville et donnaquelques jours a la population juive pour l'evacuer et emporter sea biens.

Sous la direction de rabbi Mimoun et de Yaacob Bensimon, pkusieurs centaines de sea habitants vinrebt s'installer a Fes ou ils voulurent maintener leur autonomie. Le grand rabbin de la ville, Vidal Sarfati, mit a leur disposition le toit de sa maison pour y construire leur propre sunagogue et une ecole religieuse.

Les membres de cette communaute allaient jouer un role important dans la propagation de la foi dans le faux Messie Shabtai Zvi, considerant leur propre evil comme un signe annonciateur des temps messianiques. Apres la crise messianique, ils commencerent a se fondre dans la communaute. C'est ainsi que rabbi Mimoun fut invite a se joindre au tribunal rabbinique preside par rabbi yehouda Ouziel.

Son fis Saadia, fut egalement rabbin juge a Fes, et un des sigantaires de la Takana de 1718 reglementant les quetes pour la Terre Sainte.

Rabbi Yehoshoua Aflalo

Rabbin celebre a Agadir au milieu du XIXeme siecle.

Mordekay Aflalo

Avec son frère Moussa, il fut au cours de la premiere moitie du XVIIIeme siècle , un des negociants les plus prosperes a Agadir, alors le principal port du sud du pays. Selon David Corcos, ils initierent le gouverneur du sous, le futur sulatan Sidi Mohamed Ben Abdallah 1757 – 1790 a la politique des nations chretiennes et lui demontrerent les avantages du commerce maritime pour financer le Maghzen.

Lorsqu'il monta sur lr trone, le nouveau souverain, converti aux idees mercantilistes, decida de favoriser le developpement du commerce international. Mefiant de l'esprit de l'independance des gens d'Agadir, il decida de fonder un nouveau port, entierement domine par le Maghzen : Mogador, ordonnant la femeture du port d'Agadir

Aharon Aflalo

Fils de Mousaa, dit Elgadiri ( l'originaire d'Agadir ). Il fut choisi par le conseiller juif du sultan Sidi Mohamed Ben Abdallah, Samuel Sumbel, parmi les dix premiers marchands du sultan charges de developper le port de Mogador, construit en 1766, et munis dans ce but par le sultan de privileges financiers et fiscaux exceptionels, relevant directement de sa seule juridiction.

Fort de son influence a la Cour, il reussit a imposer comme premier rabbin de la jeune communaute son parent rabbi Yahya Aflalo. Aharon reserva au culte la plus vaste piece de la maisom mise a sa disposition par le sultan, qui devint ainsi le premier centre de culte juif de sa nouvelle ville.

Shalom Aflalo

Grand commercant ne au Maroc installe en 1790 a Gibraltar qu'il quitta lors du grand siege pour Londres, ou il fonda une nouvelle branche célèbre de la famille.

Makhlouf Aflalo

Un des malheureux heros de la sinistre affaire " affaire de Safi ". Accuse avec trois autres juifs de la ville de l’empoisonnement du percepteur des douanes espagnol au port de Safi en 1963, il fut soumis a la torture et condamne a mort.

Sous la pression des Espagnols, les autorites marocaines executerent les deux premuers accuses a Safi et Tanger. Makihlouf dut d'avoir la vie sauve a l'intervention de Sir Moses Montefiori, appuye par l'Angleterre. ( pour plus de details, voir Wizman )

Voila l'histoire complete de cette affaire.

Yaacob Wizeman

Dit Ako ben Yehouda. Le malheureux heros de l'incroyable affaire de Safi. Alors qu'il avait 14 ans, il etait, debut 1863, entre au service d'un " recuador " espagnol installe a Safi pour controler les prevelements des droits de douane dont les recettes destinees a payer l'indemnite de guerre imposee par l'Espagne au Maroc comme condition de la retrocession de la ville Tetouan occupee par les Espgnols en 1860. a la suite de la guerre entre les deux pays.

La mort soudaine de l'Espagnol le 30 juillet 1863 fut attribuee sans examen et sans aucune preuve par le vice consul d'Espagne a un enpoisonnement. Le ( faux ) coupable fut vite trouve : le jeune Yaacob chez qui on avait trouve la montre et le pistolet de la victime qu'il expliqua avoir derobes apres sa mort, son employeur ne lui ayant pas verse sea gages.

Soumis a la torture, et sous la promesse que lui meme serait libere s'il denoncait ses " complices ", le jeune homme " avoua " et denonca un aveugle pere de quatre enfants, Elias Allouche comme son complice.

Soumis a son tour a la torture, il denonca seux autres : Makhlouf Aflalo et Saadia Ben Moyal. Un douzaine d'aures juifs sont arretes et soumis a la question, jetant la panique dans la petite communaute de Safi.

L'affaire allait prendre ensuite un tour d'une extreme gravite, prise dans le toubillon dees relations mouvementees entre l'Espagne et le Maroc. Madrid, frustree de ne pas avoir retire tous les fruits de sa victoire aur le Maroc au cours de la guerre de 1860 en raison des pressions anglaises, avait cru trouver la l'occasion revee pour donner une lecon a ses adversaires et montrer sa force.

Le consul d'Espagne a Tanger se comporta comme s'il sagissait d'une croisade religieuse et de la continuation de l'Inquisition et obtint des autorites marocaines la condamnation a mort des quatre principaux coupables. Le 3 septembre 1863 le malheureux Yaacob, sans jamais avoir ete jugeet bien qu'il se soit retracte affirmant qu'il n'avait avoue que sous la torture et la promesse de liberation, fut execute a Safi.

Le secours du rabbin lui avait ete refuse et apres son execution sa tete devait rester suspendue plusieurs jours sur la porte d'entree dans la ville – pour l'exemple. Son complice, Elias Allouche, malgre sa nationalite turque etant natif de Tunisie, et sa protection anglaise, l'Angleterre representant les interets de la Turquie, devait etre execute dix jours plus tard sur la place publique de la capitale diplomatique – comme pour montrer aux Anglais qu'ils n'etaient pas les maitres de la ville comme ils le croyaient.

Les deux autres attendant l'heure de leur execution. Les dirigeants de la communaute de Tanger, apres etre restes dans l'expectative, finirent par alerter la presse et leurs freres d'Europe en particulier l'Alliance Israelite Univeselle a Paris et le Board of Deputies de Londres.

L'echo dans le monde civilise fut immense. Le plus prestigieux des chefs de la communaute anglaise, Sir Moses Montefiori se porta volontaire pour voler au secours de ses freres marocains malgre son age canonique – 80 ans passes !

On connait le resultat immediat de ce voyage historique : la liberation des deux condamnes a mort, le changement d'attitude de l'Espagne et l'octroi par le sultan du dahir preconisant l'egalite de traitement de ses sujets juifs, conformement a la tradition musulmane. 

Moses Aflalo

Grand commercant international natif de Mogador. Installe a Londres, descendant de Shalom, specialise dans le commerce avec l'Epagne qui en reconnaissance, le decora de l'Ordre d'Isabelle la Catholique vers la fin du siecle dernier.

Doublement et passiuonement fidele a son paysw ce naissance et a son pays d'adoption, il rendit les plus grands servicesaux sultans successifs du Maroc de Sidi Mohames a Moulay Abdel Aziz en passant par Moulay Hassan et le regent Ba Ahmed, dont il fut l'agent officiel en Angleterre. Leur envoyant perodiquement des rapports sur la politiquedes nations europeennes.

Parallelement a son role diplomatique, il fut le fournisseur attire de la Cour et du Makhzen pour tout les produits d'importation, des alambics pour les experiences des alchimistes de Moulay Hassan a la construction de navires pour la flotte royale.

Fidele a ses origines, il continua avec les autres originaires de Mogador a Londres, a s'interesser de pres a la situation des juifs du Maroc et a intervenir en leur faveur. C'est ainsique lors de la grande famine qui decima le Maroc en 1877 – 1878, il fonda et presida le " Morroco Famine Relief Fund " qui envoya des secours en nourriture et vetements aux pauvres de Mogador.

Apres la signature de l'Entente Cordiale entre la France et l'Angleterre et l'abondon par l'Angleterre de ses ambitions sur le Maroc en faveur de la France, il publia en 1904 un livre requisitoire contre cette entente, avec un titre revelateur " The Truth about Morocco ", la verite sur le Maroc.

Il essayait de demontrer a l'opinion publique anglaise ce qu'elle perdait sur le plan economique en renoncant au Maroc et pourquoi la France, ne serait-ce qu'en raison de la brutalite de sa politique de depossession des populations indigenes en Algerie, n'était pas la puissance indiquee pour amener le Maroc dans le monde moderne, role speciallement taille selon lui, par l'Histoire, pour l'Angleterre.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 159 מנויים נוספים

אוקטובר 2013
א ב ג ד ה ו ש
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
רשימת הנושאים באתר