L'esprit du Mellah-Joseph Toledano

 Ma iqudi l-fta bas tfta                                 Pour que le navet puisse un jour être bien cuitlesprit-du-mellah L'esprit du Mellah

            Gher el berd ousta             II a besoin pour pousser de froid et de pluie 

Les coups peuvent paraître désagréables comme le sont le froid et la pluie, mais ils sont aussi indispensables pour donner un bon produit. La fin justifie les moyens.

LE BATON BALADEUR

Frappez, frappez il en restera toujours quelque chose. Au Talmud Tora nous avions un maître particulièrement sadique. Son invention la plus géniale — et dont il détenait heureusement l'exclusivité — était de lancer de temps à autre son bâton sur la salle. Il fermait les yeux et criait sous forme d'avertissement: fas ma zat a'zat, ce qui veut dire avec la rime en moins, là ou ça tombe tant pis, car il y a une justice et la tête qui reçoit le coup c'est qu'elle le mérite bien! Un peu comme le proverbe arabe qui recommande de battre sa femme tous les soirs même si on ne sait pas pourquoi — parce qu'elle, elle le sait!

             Khla' hsen mbl'a                        La peur des coups vaut mieux que les coups

C'est le slogan du libéralisme en matière d'éducaton. La menace vaut mieux que son execution. Donner des coups ne fait que durcir l'enfant et plus il s'y habitue moins  ils sont efficaces. La meilleure méthode est de faire peur, c'est le principe de la dissuation. Le pacificateur du Maroc, le maréchal Lyautey fit de ce principe la base de sa politique: il faut montrer sa force pour ne pas savoir a s'en servir

LES INJURES QUI TUENT?

Mieux que les coups — les injures. Le Martien qui aurait débarqué au Mellah, en se fiant au déluge d'injures déversées par les mères sur leur marmaille, aurait conclu que les mères vouaient à leurs enfants la plus implacable des haines. C'est dans les injures que l'arabe dialectal épuisait sa vitalité — mais avec quel brio! Une liste qui n'a rien d'exhaustif: que tu sois dans le dénuement complet! Que tu ne vois aucune réjouissance! Que tu partes la main sur le coeur! Que tu meurs jeune! Que tu ne grandisses pas! Que tu étouffes, que tu ais la fièvre! Que je te vois brûlé! Que la cécité te frappe! Et puis avec la modernisation la gamme s'est élargie: que le chemin de fer passe sur toi, qu'une voiture t'écrase, qu'un car de CTM t'écrabouille! Une seconde après, la même maman, si elle craignait vraiment que son enfant ait le moindre bobo, l'étouffait d'affection et de bénédictions: que je meurs pour toi, que je parte kapara pour tes yeux . . .

TAPE FORT IL LE MERITE

L'enfant avait été particulièrement insupportable et méritait des coups mais le père était trop tendre. Après que l'enfant se soit mis au lit, la mère convainquit le père de lui donner les coups qu'il méritait. Mais de sa chambre l'enfant avait entendu la menace. Il alla voir le domestique et pour un rial ce dernier accepta de prendre sa place au lit. Une heure plus tard le père entra dans la chambre et se mit à faire pleuvoir sur le lit de son fils les coups promis. Le domestique ne comprenant pas ce qui lui arrivait se mit à crier, alors le fils dit au père: — Tape fort il est payé pour cela!

            Di rqued — t'assa                        Qui dort dîne

            C'est par amour nous l'avons vu que les parents ne ménageaient pas leur verge à leurs enfants, mais il y  avait d'autres façons d'exprimer cet amour et d'abord par l'inquiétude. C'est sous toutes les latitudes la premiere qualite de la mere juive qui passe sa vie a  s'inquieter, a se faire des soucis pour ses enfants.

Premier souci: bien les nourrir, qu'ils ne ratent aucun repas et si par hasard l'enfant s'est endormi sans manger elle court le réveiller. Mais le proverbe l'arrête en route: qui dort dine, si l'enfant est arrivé à s'endormir c'est qu'il n'a pas faim, car la faim empêche de dormir. Le proverbe était également une mise en garde contre le chantage des enfants. Sachant leurs mères inquiètes, les enfants  en profitaient sadiquement en faisant semblant de dormir sans manger pour qu'on vienne les supplier de se lever. Non dit le proverbe qui dort dine, ne vous laissez pas prendre au chantage et s'il a vraiment faim il se réveillera!

             Mnin ka ihdro el kbar               Quand les grands parlent

            Ka tzi nzla al sghar                      Les petits sont paralysés

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

אפריל 2016
א ב ג ד ה ו ש
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
רשימת הנושאים באתר