Pessah shinar REFLEXIONS SUR LA SYMBIOSE JUDEO-IBADITE EN AFRIQUE DU NORD

Pessah shinar

REFLEXIONS SUR LA SYMBIOSE JUDEO-IBADITE EN AFRIQUE DU NORD

Le thème sur lequel je voudrais vous livrer quelques réflexions con­cerne les relations de coexistence entre les deux diasporas ibàdite- berbère et juive d'Afrique du Nord. Ce thème semble présenter un intérêt particulier puisqu'il traite de deux groupements humains ayant en commun un nombre assez considérable de traits caractéristiques : tous deux sont, d'abord, des minorités ethniques et religieuses, géné­ralement méprisées et parfois brimées par la majorité sunnite mâlikite et notamment par les confréries sufies; repliées sur elle-mêmes, ces ceux diasporas gardèrent jalousement leurs lois et traditions, convain­cues qu'elles étaient de leur élection divine et de leur supériorité spi­rituelle; vivant avec le souvenir d'une gloire passée, elles allièrent à leur conservatisme foncier une capacité d'adaptation remarquable in partibus injidelium. Enclins à la vie urbaine et sédentaire, Ibàdites et Juifs se distinguaient par leur grande mobilité; intelligents et laborieux, économes et prévoyants, ils pouvaient, grâce à leur éducation et à leurs aptitudes commerciales, maîtriser suffisamment les techniques capitalistes modernes pour engager leurs biens dans une économie haute­ment compétitive.

L'ibadisme (arabe : al-ibaḍīya –  لاباضية

est l'école la plus ancienne en islam, elle a été fondée moins de 50 ans après la mort du prophète Mahomet.

L’ibadisme a été chassé par d'autres courants musulmans pour ses pensées politiques : selon les ibadites, le commandeur des croyants ne doit pas être nécessairement de la lignée de Mahomet, ni d'une certaine race ou couleur.

Le nom de l'école dérive du nom : Abdullah ibn-Ibad at-Tamimi. Cependant, les disciples de cette école revendiquent que Jabir ibn Zaid al-Azdi, originaire d'Oman, était leur vrai fondateur. Il fut parmi les meilleurs élèves d'Aïcha, la femme du prophète et d'Abdullah Ibn Abbas, le cousin du prophète (et l'un des grands connaisseurs des principes islamiques après lui). L’école ibadite représente la vue islamique de la vie : principes, travail, égalité… Les ibadites, pendant toute leur histoire, ont développé les sciences islamiques et celles de la langue arabe. L'ibadisme est le courant dominant du sultanat d'Oman, de la région du M'zab en Algérie mais aussi dans l'ile de Djerba en Tunisie, à Zanzibar et en Libye dans le Djebel Nafusa.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibadisme

Mais il n'y a pas que des ressemblances entre les deux groupes. L'ibâdisme, on le sait, forme une branche relativement modérée de la secte la plus radicalement égalitaire, rigoriste, et fondamentaliste de l'Islam primitif, le Khâridjisme.3 Comment donc, peut-on se de­mander — ces deux exclusivismes firent-ils "ménage ensemble"? Quelle fut l'attitude des Ibâdites à l'égard de leurs Juifs? Dans quels domaines se déroula leur collaboration et quels avantages en tirèrent- ils mutuellement? Quelles furent, enfin, les influences culturelles réci­proques entre les deux groupes?

Ces mêmes questions se posent, bien entendu, pour chacune des trois composantes de la diaspora ibàdite nord-africaine, à savoir le Djebel Nafusa" l'ile de Djerba et la heptapole mzabite. Mais, dans le cadre de cette communication, nous avons opté pour le Mzab (et plus spécialement pour sa capitale Ghardaïa), où plus que partout ailleurs l'Ibâdisme a donné la pleine mesure de son originalité et de son génie créateur. Dans cette région isolée s'est conservée jusqu'à nos jours une communauté juive bien vivante qui, moins bien connue que celle de Djerba, est restée à l'abri des influences extérieures, sus­ceptibles de fausser la dynamique de ses relations avec ses voisins, Ibâdites et "agrégés" Mâlikites.

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 155 מנויים נוספים

יוני 2016
א ב ג ד ה ו ש
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
רשימת הנושאים באתר