Juifs au Maroc et leurs Mellahs-David Corcos

Les juifs au Maroc et leurs Mellahs – David Corcos

Les quartiers speciaux ou etaient relegues les juifs n'ont d'abord existe qu'en Europe. Leur etablissement fut sanctionne par une loi canonique du Troisieme concile de Latran en 1179. 

Ces nouveaux elements renforcercnt la communautee de Mogador et ouvrirent surtout la voie aux Juifs du Sous qui vinrent, par groupes, augmenter le nombre de leurs coreligionnaires dans la ville. Les pertes subies par les marchands d'Agadir etaient importantes, mais parmi eux, il y en avait qui etaient reellemcnt fortunes. Ces derniers reprirent leurs activites dans leur nouvelle residence et avec succes. Les autres, bien que ruines, vecurent facilement de leur travail. Ceux qui avaient ete tres pauvres virent leur situation s'ameliorer considerablement, nous dit encore 1'autcur anonyme de notre manuscrit, qui ajoute: "Vers 5545  (1785) il y avait plus de 6.000  juifs a Mogador"(!) … "et la plupart ou tous ne vivaient pas seulement bien, mangeant des plats raffines, jouant et ecoutant la meilleure musique, connaissant comme il faut nos vieux airs d'Espagne, s'habillant de draps les plus fins et habillant leurs femmes de soie, les parant d'or et de perles, de rubis el d’emeruudes. non ils n'avaicnt pas que cela, ils etaicnt pieux, craignaient Dieu. etaient fermes dans leur foi. Beaucoup Etaient des savants qui enseignaient dans plusieurs "Yeshivot" ou etudiaient journellement notre "Toraיי. ils composaient des "piyyoutim" en son honneur et des "shirim" en l'honneur de nos saints …"

La musique "arabe" ou plus exactement la musique "andalouse". Les Juifs de Mogador en furent lengtemps consideres comme les specialistes. ils gardaient le secret de la grande partie des "noubat" ou partitions au nombre de vingt-quatre et dont on ne connait plus que onze aujourd'hui

Cependant, si cette vie de piete ne changea jamais, la vie facile des Juifs de Mogador prit fin et leur situation se deteriora dans les dernieres annees du regne de Mohamed ben Abdallah. Samuel Sunbel etait mort en 1782  et le sultan, versatile sur ses vieux jours, etait sous l'influence nefaste de deux aventuriers juifs, Elie Levy et Jacob Attal "s־ preoccupes de leurs seuls interets et, de plus, ils detestaient les marchands juifs de Mogador qui genaient leurs affaires dans d'autres ports et les meprisaient.

 Note de l'auteur : Elie Levy provoqua la rnort dans d'atroces conditions d'un autre favori juif de Sidi Mohamed ben Abdallah, Nunes Cardoso dont il 6tait jaloux. Lui-meme et Jacob Attal apostasierent des qu'ils furent menaces par Moulay Yezid. Jacob Attal et son frere furent malgre cela, massacres sur l'ordre du souverain. Cf. Romaneli, op. cit. passim; Lempridre, Morocco, pp. 182, 437; Hirschberg, Histoirc. II pp. 292-293.

 Quelques negociants Chretiens, devenus conseillers du sultan, etaient egalement hostiles aux marchands juifs de Mogador a cause de leur concurrence commerciale. 

Ces marchands furent, sembie-t-il, Cyriaque Petrobelli de Trieste, un toscan. Pietro Muti et un genois. Francesco Chiappe qui avait ete consul de Venise a Mogador.

 Les effcts de cet antagonisme commencaient a se faire durement sentir pour la population. Encourages par 1'attitude du souverain, les caids ainsi que la populace se mirent a maltraiter tous ceux qu'ils pouvaient atteindre. Il fut decrete que les Juifs devaient entretenir, a leurs frais, les nombrcux canons de bronze de la ville; quand le sultan voulait favoriser un Chretien d'une nation amie, un riche marchand juif de ses sujets devait lui ceder la maison qu'il avait pourtant construite de ses propres deniers .

            Keating, op. cit. pp. 182, 192: "The Governor without a moment's warning, turned a rich Jew merchant and his family out of house and home, to accommodate some of the Swedish Gentlemen; and yet Jews do build houses here!".

Les effcts de cet antagonisme commencaient a se faire durement sentir pour la population. Encourages par 1'attitude du souverain, les caids ainsi que la populace se mirent a maltraiter tous ceux qu'ils pouvaient atteindre. Il fut decrete que les Juifs devaient entretenir, a leurs frais, les nombrcux canons de bronze de la ville; quand le sultan voulait favoriser un Chretien d'une nation amie, un riche marchand juif de ses sujets devait lui ceder la maison qu'il avait pourtant construite de ses propres denier on publia un ordre du souverain interdisant aux Juifs de se vetir a l'europeenne. Enfin, en 1789  on frappa au plus haut: les "Toujar as-Soultan" qui n'avaient pas ete atteints jusque la, recurent l'ordre de livrer aux marchands Chretiens de la ville les fonds du Tresor et les marchandises appartenant au sultan״.

 Sidi Mohammed ben Abdallah mourut en 1790 . Heureusement, son successeur Moulay Yazid ne vecut pas assez pour pousser les chosses au pire; les Juifs de Mogador furent ainsi epargnes. En effct, quand ce terrible tyran prit Marrakech en 1792  il y fit massacrer trois mille personnes, sans distinction ni d'age, ni de sexe, et fit crever les yeux a des centaines d'autres, il publia un edit ordonnant de decapiter soixante notables de Mogador dont presque tous des marchands chretiens et des Juifs.

Une blessure qu'il recut pendant la bataille de Marrakech entraina rapidement sa mort et l'ordre ne fut pas execute. Son successeur, Moulay Sliman, qui tenait avant tout a eviter les relations avec les Chretiens, tout en maintenant Mogador comme le seul port ouvert pour le commerce maritime, retira aux marchands chretiens les avantages que Sidi Mohammed ben Abdallah leur avait accordes et replaca les "Toujar as-Soultan" dans leurs fonctions .

Les calds et les Vizirs chercherent de nouveau a s'associer aux marchands juifs moins haut places, mais dont l'activite etait fort importante

 

הירשם לבלוג באמצעות המייל

הזן את כתובת המייל שלך כדי להירשם לאתר ולקבל הודעות על פוסטים חדשים במייל.

הצטרפו ל 159 מנויים נוספים

ינואר 2014
א ב ג ד ה ו ש
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
רשימת הנושאים באתר